Tabac : L’activité cérébrale peut aider à déterminer si un fumeur arrêtera

L’activité du cerveau peut aider à évaluer la détermination d’un fumeur à arrêter la cigarette, selon une étude réalisée par des chercheurs américains qui ont observé au scanner une région du cortex liée aux modifications de comportement. L’étude, publiée lundi par la revue scientifique Health Psychology, a été effectuée auprès de 28 gros fumeurs ayant rejoint un programme pour arrêter la cigarette. Les participants ont été invités à regarder une série de messages sur l’arrêt de la cigarette pendant qu’un scanner enregistrait l’activité de leur cerveau. Après chaque message, les patients «notaient de quelle manière cela avait influé sur leur projet d’arrêter la cigarette et si cela avait renforcé leur détermination». Les personnes dont le cortex préfrontal médian manifestait une activité pendant la diffusion des messages étaient «significativement» plus enclins à réduire leur consommation de cigarettes dans le mois suivant. «Ce qui est passionnant, c’est qu’en sachant ce qui se passe dans le cerveau de quelqu’un (…) nous pouvons bien mieux prédire son futur comportement que si nous ne connaissions que sa propre évaluation», sur ses chances d’arrêter de fumer, analyse Emily Falk, principal auteur de l’étude et directrice du laboratoire sur les neurosciences et la communication à l’université du Michigan. L’étude, financée par les Instituts nationaux de santé américains et la Fondation nationale pour la science, s’est déroulée à l’Université de Californie, à Los Angeles (UCLA). Après avoir régulièrement diminué depuis 2000, le taux de fumeurs parmi les adultes a calé depuis 2005 aux Etats-Unis, à environ 20 à 21% de la population, selon des statistiques du gouvernement fédéral. Pas moins de 443.000 personnes meurent chaque année dans le pays des conséquences du tabagisme.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *