Tamaris, la plage et le net

Tamaris, la plage et le net

Omar a 14 ans. Il habite au quartier Lissassfa, à Casablanca, et découvre pour la première fois la mer. «C’est immense, grand, bleu…Je suis en train d’apprendre à nager», dit-il avec joie. Omar fait partie de ces centaines d’enfants casablancais bénéficiant de l’opération «Vacances pour tous». À Tamaris, à quelques kilomètres vers le sud de la ville de Casablanca, une colonie de vacances a été implantée pour l’occasion sur une superficie de près de trois hectares et demi. «Avant, la mer n’existait, pour moi ainsi que pour ma petite sœur, que dans les manuels scolaires. En insistant fortement, nos parents ont fini par se plier à nos demandes persistantes et par nous inscrire sur la liste des enfants bénéficiant des colonies urbaines», ajoute ce collégien. En fait, les colonies urbaines diffèrent de celles fixes par le fait que l’enfant passe la nuit chez lui. C’est ainsi que la journée pour Omar et ses amis commence, ces derniers jours, très tôt. «Je me réveille vers 6 heures. Le bus vient généralement nous chercher vers 7 heures et nous ramène le soir chez nous vers 19 heures», note Omar. «Durant 10 jours, ce sont près de 500 enfants de Casablanca qui viendront passer la journée dans le cadre de colonies urbaines», fait remarquer Bouchaïb Bourhim, le délégué du secrétariat d’Etat chargé de la jeunesse dans la région du Grand Casablanca. Et d’ajouter, «le programme de la journée ne comprend pas uniquement la baignade. En plus de la mer, nos animateurs apprennent aux enfants comment vivre et se comporter dans un groupe rassemblant des centaines d’enfants venant de divers horizons».
Pour cette journée du samedi 9 juillet, les enfants passent la matinée à la plage de Tamaris, à quelques minutes de marche de la colonie. Le retour, en fanfare comme d’habitude, vers midi pousse les chefs cuisiniers à accélérer le rythme. En file indienne, les enfants font la queue devant la douche avant d’aller prendre place dans de grandes tentes aménagées pour les circonstances. Après le déjeuner, le planning de cette journée prévoit des cours de théâtre. «J’ai emmené avec mois un caftan, parce que nous sommes en train de monter une pièce théâtrale sur les traditions marocaines», raconte une fillette du quartier El-Oulfa à Casablanca.
Par ailleurs, cette édition de l’opération «Vacances pour tous» accorde une importance particulière à l’apprentissage du b.a-ba des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). En collaboration avec une entreprise internationale opérant dans le secteur des NTIC, une cellule informatique a élu domicile dans cette colonie de vacances. Cette fois-ci, le nombre d’enfants qui découvrent pour la première fois du matériel informatique est plus important. Disposant de 10 ordinateurs connectés à Internet, cette cellule est animée par deux jeunes formateurs. Quotidiennement, quatre groupes (20 enfants par groupe) suivent des cours d’une durée de 2 heures et demie. Si certains sont en train d’apprendre à nager dans l’Atlantique, d’autres ont commencé à naviguer sur la Toile. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *