Tanger : Recrudescence des crimes à l’arme blanche

Tanger : Recrudescence des crimes à l’arme blanche

Un mois de mars particulièrement violent

Les agressions d’adolescents à l’arme blanche par des inconnus ou leurs amis de même âge sont devenues monnaie courante. A titre d’exemple, un élève de 17 ans a été agressé, samedi matin, devant son lycée Moulay Rachid.

Le mois de mars s’achève à Tanger avec son lot de meurtres et d’agressions violentes à l’arme blanche. Il en résulte que ce genre de crimes favorise la montée du sentiment d’insécurité, en particulier chez les habitants des quartiers populaires tels que Béni Makada, Bir Chifae, Bendibane Msanana et Dradeb. Selon les données policières, les agressions d’adolescents à l’arme blanche par des inconnus ou leurs amis de même âge sont devenues monnaie courante. A titre d’exemple, un élève de 17 ans a été agressé, samedi matin, devant son lycée Moulay Rachid. Les témoignages font état que la victime a été blessée à l’arme blanche au niveau de la cuisse par un inconnu avant d’être transportée à bord d’une ambulance à destination de l’hôpital Mohammed V pour recevoir les soins nécessaires. L’agresseur- qui devait avoir le même âge que sa victime- a pris la fuite, sur sa moto, après avoir commis son acte criminel. Une enquête a été diligentée pour connaître l’identité du suspect. Un autre homme d’une vingtaine d’années vient d’être, le même jour, agressé par quatre inconnus à l’arme blanche. La victime a été prise au dépourvu par les quatre agresseurs, alors qu’elle revenait d’une visite à sa famille au quartier Al Moujahidine. Grièvement blessée, elle a pu s’en sortir  après des soins reçus aux Urgences de l’hôpital Mohammed V. 

En plus de ces deux agressions, dont les victimes ont réussi à échapper à la mort, Tanger a été secouée par quatre meurtres enregistrés pour le seul mois de mars. Trois d’entre eux ont été commis à l’arme blanche pour différentes raisons. Parmi ces trois meurtres, un a été perpétré pour un simple malentendu qui a dégénéré en une violente bagarre entre deux jeunes voisins au quartier Bouhoute. Un couturier a également trouvé la mort après avoir été poignardé par un lycéen dans un autre quartier populaire à proximité de la célèbre place Dar Tounsi (relevant de l’arrondissement de Béni Makada). Le troisième meurtre s’est produit presque de la même façon dans le quartier Al Warda, qui se trouve lui-même dans l’arrondissement de Béni Makada.

Il est à noter que plusieurs crimes et délits à Tanger ont été généralement commis, ces derniers temps, à l’aide d’instruments tranchants et bien avant la tombée de la nuit. Le motif de ces crimes n’est pas toujours le vol, il y a également la vengeance ou des règlements de comptes.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *