Tanger-Tétouan : l’Istiqlal, grand perdant des élections partielles à la deuxième Chambre

Tanger-Tétouan : l’Istiqlal, grand perdant des élections partielles à la deuxième Chambre

Les élections partielles pour le renouvellement des cinq sièges à la Chambre des conseillers au niveau de la région Tanger- Tétouan se sont déroulées, mardi 31 août, dans le calme. Les résultats de ce scrutin partiel dans la catégorie des collectivités locales ont été rendus publics le même jour bien avant l’heure de la rupture du jeûne. Les cinq sièges disputés lors de ces élections partielles ont été remportés notamment par le membre du PAM et actuel maire de Tanger, Samir Abdelmoula, Mohamed Bakouri du Rassemblement national des indépendants (RNI), Mohamed Akbib de l’Union constitutionnelle (UC), Mohamed Alami de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) et l’ex- Pamiste Ahmed Daïbouni qui s’y est présenté en tête de liste sous l’étiquette du Parti du progrès et du socialisme (PPS). Le grand perdant de ces élections partielles à la Chambre des conseillers est le parti de l’Istiqlal qui y a mandaté les deux frères Abdelali et Abdenassar Hsissen. Ces derniers, jouissant d’une grande popularité dans la province de Larache, n’ont pu remporter aucun siège. Alors que les deux frères Hsissen avaient remporté chacun un siège lors du scrutin partiel du 2 octobre 2009.
Lequel avait été annulé par le tribunal administratif suite à un recours en annulation présenté par des candidats à ces mêmes élections partielles. Quant au parti de l’USFP qui avait remporté deux sièges lors de ce scrutin partiel annulé, il n’a pu remporter qu’un seul au cours des dernières élections partielles du 31 août 2010. Par ailleurs, Mohamed Akbib, premier vice- président de la commune urbaine de Tanger et tête de liste de l’UC, avait été le principal candidat à l’origine de l’annulation des résultats du scrutin du 9 octobre 2009 en protestation du refus de sa candidature aux mêmes élections partielles. Il a pu gagner son siège à la deuxième Chambre et être classé au troisième rang après l’actuel maire de Tanger, Samir Abdelmoula, et l’ex- bâtonnier et Rniste, Mohamed Bakouri.
Il est à rappeler qu’au niveau de la région Tanger- Tétouan, onze listes ont été en compétition pour le renouvellement des cinq sièges au titre des élections partielles à la Chambre des conseillers. Elles représentaient notamment le Parti Authenticité et Modernité (PAM), le parti de l’Istiqlal, le Parti de l’environnement et du développement (PED), le Parti de la justice et du développement (PJD), le Mouvement populaire (MP), le Front des forces démocratiques (FFD), le Parti marocain libéral (PML), le RNI, l’UC, l’USFP et le PPS.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *