Tatouage : une pratique à haut risque

Tatouage : une pratique à haut risque

Méfiez-vous des tatouages, ceux-ci peuvent être très dangereux. Les personnes qui se font tatouer ont trois plus de risque de contracter une hépatite C. C’est ce qui ressort d’une étude de l’université de Colombie Britannique (Canada). Les chercheurs ont analysé 83 études réalisées dans 30 pays dont le Canada, l’Iran, le Brésil ou les Etats-Unis. Ces derniers expliquent que pour injecter les colorants qui dessinent le tatouage, la peau doit être percée de 80 à 150 fois par seconde. Le matériel d’injection entre à de multiples reprises en contact avec le sang et les autres fluides corporels. Et c’est précisément de là que provient le risque. «Il existe un risque de transmission virale qui peut se faire par l’intermédiaire de matériel non stérilisé. Il faut une hygiène irréprochable pour éviter tout risque de contamination», explique le Pr Driss Jamil, hépatologue, président de l’association SOS Hépatites. Il existe également un risque potentiel de transmission bactérienne ou virale qui peut se faire par l’intermédiaire d’une faute d’asepsie, de souillures sanguines mais aussi par auto-contamination du client si la peau est mal désinfectée avant l’acte. En plus de l’hépatite C, il est possible de contracter d’autres maladies : l’hépatite B, le VIH/sida, infections bactériennes et fongiques sans compter les réactions allergiques. «Le tatouage est la porte d’entrée de toutes les maladies virales », souligne Pr Jamil. Et ce n’est pas tout. Les colorants utilisés constitués d’encre d’imprimante, de peinture de façade ou autres produits extrêmement toxiques sont susceptibles de transiter vers les reins et les poumons. Face au danger que présente cette pratique, l’association SOS hépatite mène des campagnes de sensibilisation auprès des jeunes au sein des collèges et lycées. «Il est vrai que ce phénomène de mode est moins visible dans notre société mais il prend de l’ampleur. Nous conseillons aux jeunes d’éviter de se faire tatouer et d’être vigilants vis-à-vis du matériel utilisé», affirme le président de l’association SOS Hépatites. Et d’ajouter «L’hygiène fait défaut dans notre société. L’une de mes patientes a contracté une hépatite C en se faisant épiler dans un centre de beauté. C’est pourquoi nous recommandons aux femmes de ramener avec elle leur trousse d’épilation».
Le tatouage est fortement déconseillé aux diabétiques, aux hémophilies, aux personnes ayant une hépatite B ou C,le sida, ainsi qu’aux personnes ayant de l’eczéma et des cicatrices chéloïdes et présentant des allergies aux produits utilisés. Le tatouage est fortement déconseillé aux femmes enceintes. La sensation que procure le fait de se faire tatouer n’est pas sans douleur ce qui provoque chez certaines personnes des malaises. Une femme enceinte aura par conséquent plus de chance de faire un malaise. De plus, le stress de la mère peut être ressenti par le fœtus et entraînerait des complications de la grossesse.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *