Témoignages

• «Je fais partie de ceux qui ne font pas attention à leurs dents et aujourd’hui j’en paie le prix. J’ai perdu pratiquement toutes mes dents à cause de la drogue. Les douleurs étaient insupportables. Et du coup, j’étais contraint de prendre d’autres drogues pour calmer la douleur. Malheureusement, à force de rien faire j’ai eu une infection dans le sinus et ça sentait très fort. A la fin, il ne restait plus que les racines. Le dentiste n’avait d’autre choix que de les arracher».

• «J’ai eu une très mauvaise expérience en terme d’hygiène bucco-dentaire. J’ai commencé à fumer à l’âge de 15 ans et il faut dire que je n’étais pas une grande adepte du brossage des dents. Tout a commencé avec une petite douleur aux dents. J’ai pris un médicament et je n’y ai plus pensé. Durant la soirée, j’avais encore mal. J’ai mis le doigt dessus et j’ai commencé à perdre du sang. Je me suis réveillée le lendemain dans une mare de sang. J’ai alors pris un bain de bouche antiseptique et suis repartie au travail comme si de rien n’était. Résultat : deux dents déchaussées et des douleurs à en pleurer. Mon médecin m’assène le diagnostic : gingivite ulceronecrotique, une gencive nécrosée. Mis à part les douleurs et la mauvaise haleine, j’ai réussi à traiter cette infection grâce à mon dentiste. Depuis, je le consulte régulièrement pour éviter une nouvelle infection».

• «Je suis institutrice dans une école en milieu rural et il m’est arrivée à maintes reprises de donner des cours de sensibilisation sur le brossage des dents. Le constat est alarmant. La plupart des élèves ont des caries et près des 2/3 des élèves ne possèdent pas une brosse à dent à la maison. Comment voulez-vous entretenir une bonne hygiène bucco-dentaire lorsque l’on n’a pas les moyens».

• «J’ai un problème de déchaussement qui est héréditaire et cela commence à dégénérer sérieusement. Mon ancien dentiste m’avait averti à plusieurs reprises de ce problème et me faisait régulièrement la morale sur l’importance du brossage des dents. Malgré je n’en faisais qu’à ma tête. Et la situation n’a fait que se dégrader au fil des années. J’ai consulté mon dentiste en décembre dernier et elle m’a conseillé une greffe de gencive en cas d’évolution négative durant les prochains mois. Pour sauver mes dents, je suis prête à subir ce genre d’interventions plutôt que de me retrouver à 35 ans avec un dentier».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *