Témoignages

• «J’ai 36 ans, au cours de 2008, vers août plus précisément, j’ai commencé à avoir une tache noire devant l’œil avec des maux de tête. Puis j’ai commencé à avoir de petits vertiges d’environ 2 minutes. Au mois d’octobre, mes vertiges duraient toute la journée, je me rappelle que j’allais au travail à quatre pattes, je ne pouvais plus me tenir debout. J’étais fatiguée et à certains moments je ne voyais plus rien et je n’entendais plus rien, je me sentais partir. A ce moment-là j’ai souffert moralement en plus de ma souffrance physique. Je me souviens que les gens voulaient que je leur dise que c’était psychologique, que j’avais des problèmes alors que je n’en n’avais pas. Après être rentrée de l’hôpital j’étais toujours aussi mal et je marchais toujours à quatre pattes, alors nous avons loué un fauteuil roulant. J’ai eu la chance d’être vue par un médecin de l’hôpital à Casablanca et à mon plus grand bonheur celui-ci a trouvé ce que j’avais : une hypotension orthostatique idiopathique. Il m’a demandé de faire de la piscine. Effectivement, dans l’eau je n’avais plus mes vertiges ni mes maux de tête ».

• «J’ai toujours eu une petite tension, cela dépend des jours, et surtout en été. Dès que j’ai ressenti de la fatigue et des vertiges, je suis allée vite consulter mon médecin afin de me prescrire quelque chose. Une semaine après je me sentais mieux, mais je garde toujours ma petite tension ».

• « Je ne sais pas si je fais de l’hypotension la nuit mais j’ai des symptômes qui indiquent cette maladie, a savoir cette sensation de tomber dans un trou plusieurs fois par nuit. Ma tension la journée n’est pas vraiment élevée, mais je ne suis pas trop fatigué. Par contre, la nuit, j’ai une sensation de membres lourds, engourdis. Ça a commencé il y a quelques mois par des engourdissements dans les deux bras, avec des sensations de fourmis qui me réveillaient».

• «J’ai 30 ans et depuis mon adolescence, je souffre d’hypotension. J’ai des crises de fatigue chronique, donc tension basse, envie de ne rien faire, pas de force, une sensation de manquer de fer, de magnésium ou je ne sais quoi, à la maison le ménage et tout ce qui suit s’en ressent, j’ai deux enfants en bas âge pour qui dans ces moments-là je fais le strict minimum et je culpabilise. J’en ai assez de toujours dormir, de programmer mon emploi du temps en fonction de ma fatigue comme si j’étais une grand-mère. De plus, dans les moments d’hypotension le moindre petit virus qui passe est pour moi. Je ne bois pas beaucoup et je mange une alimentation pauvre en sel pour éviter tout type de problème ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *