Témoignages

• «Je me masturbe de temps en temps, non pas parce que mon partenaire ne me satisfait pas sexuellement mais cela constitue pour moi un moyen de me détendre et surtout de me faire plaisir. C’est aussi un moyen de mieux connaître son corps. J’ai commencé à me masturber alors que je n’avais que 10 ans. Je ressentais une sensation agréable et depuis j’y ai pris goût».

• «Se masturber est un acte naturel. Je ne pense pas que l’on puisse avoir une sexualité satisfaisante si on ne sait pas se procurer du plaisir soi-même. Mais c’est un jardin secret. Je comprends pourquoi les femmes ont du mal à en parler».

• «La masturbation est pour moi un anti-dépresseur et me permet de dépasser ma frustration sexuelle. Je la pratique quand mon mari n’arrive pas à me satisfaire ou quand il n’a pas envie de me faire l’amour».

• «Ma relation avec la masturbation est celle d’un produit dopant ou calmant. Quand mon mari et moi faisons l’amour et qu’il termine, il me tourne généralement le dos et je suis alors privée d’orgasme. Après plusieurs années de mariage, nous n’avons jamais réussi à trouver le bon rythme. La masturbation me permet d’avoir des orgasmes et de combler mes désirs».

• «J’ai commencé à me masturber à l’âge de 17 ans et j’ai actuellement 26 ans. La masturbation est devenue une véritable drogue. Je la fais deux à trois fois par jour mais l’envie est toujours présente. J’aimerais tant reprendre une vie normale et me débarrasser de ce vice. Cela dit, je n’y arrive pas».

• «Je suis divorcée depuis plus de 3 ans. J’ai eu plusieurs aventures mais ma vie sexuelle est loin d’être au top. Peu importe, je prends mon pied plusieurs fois par semaine en me masturbant. C’est simple et efficace et je ne vois pas pourquoi je devrais avoir honte de le faire ».

• «Je fais partie de ces femmes qui se masturbent mais qui n’ont pas besoin de le crier haut et fort. Je pense que la masturbation ne doit plus constituer un sujet tabou dans notre société même s’il s’agit d’un sujet très intime. Les mentalités doivent évoluer. La masturbation doit être considérée comme un acte naturel».

• «J’essaye d’arrêter de me masturber mais je n’y arrive pas. Quand je tiens le coup pendant sept jours, le septième, je ne m’en sors pas. J’ai aussi navigué sur plusieurs sites pornographiques et depuis j’en suis devenu accro. Et c’est souvent après avoir consulté ces sites que je me masturbe. J’ai vraiment peur des conséquences».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *