Terminus pour les malfaiteurs

Suite à une longue surveillance nocturne, la police judiciaire de la ville de Salé a mis fin, dans la nuit de jeudi, aux activités criminelles d’une bande de malfaiteurs composée de cinq individus. Ils sont accusés d’avoir semé la terreur au quartier «Al Karia» connu depuis belle lurette pour le trafic de drogue. Les mis en cause ont accompli 12 opérations d’agression à l’arme blanche. Ils s’attaquaient à des passants à coups d’épée avant de les dépouiller de leurs biens. Sept personnes parmi les victimes avaient reçu des coups de couteau qui ont entraîné leur hospitalisation dans un état critique. Un homme et sa femme ont été gravement blessés et risquent de passer plusieurs jours à l’hôpital avant de retrouver leurs enfants laissés seuls à la maison. Ces deux victimes venaient juste de revenir d’une visite chez des membres de leur famille installés à Kénitra. A leur descente du taxi à quelques mètres de la maison, ils se font brutalement agresser et dépouiller de leurs sacs à bagages. Le chauffeur du taxi, par peur d’avoir le même sort, a appuyé fortement sur l’accélérateur pour leur échapper. Cette agression est la toute dernière opération qui a été perpétrée par trois membres de la bande. Le chauffeur de taxi, une fois éloigné, s’arrête au niveau d’une cabine téléphonique et appelle la police pour les prévenir de l’agression. Une patrouille qui se trouvait dans les parages est avertie par le chef de la PJ. Les policiers au courant de plusieurs agressions commises de nuit depuis trois semaines, encerclent le quartier et après une poursuite marathonienne, ils finissent par arrêter les malfaiteurs. Ils ne savaient pas, bien entendu, qu’il s’agissait de la bande qui terrorisait les habitants du quartier. Mais au moment de leur interrogatoire, ils ont avoué onze autres agressions et révélé l’identité de deux complices : Benaïssa M. né en 1967 à Salé, sans profession et sans antécédents judiciaires, est le seul membre de la bande qui possède un casier vierge. Quant aux autres, ils sont très connus des archivistes de la criminalité. Ils avaient fait connaissance en prison alors qu’ils purgeaient leurs peines dans la même cellule à la maison d’arrêt de Salé. Et, c’est en prison qu’ils avaient formé leur bande. Lahcen C. le chef de la bande est né en 1961. On ne lui connaît aucun travail. La délinquance est son unique moyen pour trouver de l’argent. C’est lui qui a engagé les autres délinquants pour constituer une association de malfaiteurs spécialisés dans les attaques à main armée : Mohamed B. né en1982 à Rabat est un récidiviste notoire. Fakhredine est né en1981 à Salé et plusieurs fois incarcéré pour trafic de drogue et pour agressions et enfin Mounir R., le plus jeune de la bande né en 1975 à Salé et déjà écroué à maintes reprises pour viol et vols avec violence. Tous les inculpés ont été arrêtés et seront traduits vendredi 24 devant le parquet général, accusés d’association de malfaiteurs, agressions à l’arme blanche et vols avec violence.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *