Terrorisme : sur la piste El Haski

Terrorisme : sur la piste El Haski

Le juge marocain chargé d’instruire les dossiers antiterroristes, Abdelkader Chentouf, continue sa tournée en Europe pour interroger quelques-uns parmi les dizaines de Marocains poursuivis pour terrorisme. Il a récemment fait escale dans la capitale espagnole. Le juge marocain vient en effet d’interroger, lundi, un des suspects dans les attentats de Madrid, accusé d’appartenir au Groupe islamique des combattants du Maroc (GICM). Groupe qui est également impliqué dans les attentats de Casablanca.
L’interrogatoire, mené par le juge antiterroriste Abdelkader Chentouf, a duré deux heures à l’Audience nationale, principale instance pénale espagnole. Le juge de la Chambre criminelle de Rabat s’est d’ailleurs dit «ravi» de la collaboration de la justice espagnole dans le cadre de la première commission rogatoire marocaine en Espagne.
Le magistrat marocain mène actuellement une mission en Europe pour rencontrer ses homologues européens et pour, éventuellement, interroger les Marocains soupçonnés ou poursuivis pour terrorisme. Parmi eux figure Hassan El Haski, considéré comme le chef, en Europe, du Groupe islamique des combattants du Maroc (GICM). Ce Marocain de 42 ans a été placé en détention préventive le 21 décembre 2004 en Espagne par le juge Juan del Olmo pour sa participation présumée dans les attentats du 11 mars 2004 à Madrid, qui avaient fait 191 morts. Le juge avait alors estimé que l’inculpé serait l’un des dirigeants actuels les plus importants du GICM et qu’il aurait participé, en cette qualité, à la conception, à la préparation et à la supervision effective des attentats terroristes de Madrid. Hassan El Haski avait également été interrogé par le juge antiterroriste Baltazar Garzon pour le volet de l’instruction relatif aux attentats du 16 mai à Casablanca, qui avaient fait 45 morts, dont quatre Espagnols. Par ailleurs, le nom de Hassan El Haski a également été cité par l’un des 17 islamistes présumés arrêtés cet automne au Maroc dans le cadre de l’enquête sur un groupe soupçonné de planifier des attentats.
La tournée du magistrat marocain intervient en effet après le démantèlement, dans plusieurs villes du Royaume, d’une cellule terroriste en phase de formation, accusée, entre autres, de préparer des « actes terroristes en relation avec un projet collectif visant à attenter dangereusement à l’ordre public ».
M. Chentouf avait alors demandé des commissions rogatoires en Belgique, aux Pays-Bas, en France et en Espagne car le principal suspect, un Belge d’origine marocaine Mohamed Reha, 18 ans, avait indiqué qu’il avait été en contact avec des islamistes incarcérés dans ces pays.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *