Tests d’accès aux écoles privées: Quand mercantilisme et illégalité deviennent la norme

Tests d’accès aux écoles privées: Quand mercantilisme  et illégalité deviennent la norme

ALM : Au mépris de la loi, certaines écoles dites «élitistes» imposent un test aux enfants afin d’opérer un tri souvent social, des enfants qui formeront ces classes. Quel regard portez-vous sur cela ?
 

Mohssine Benzakour : Le test se fait dans un esprit mercantiliste pur. Il cible une certaine catégorie de la société. Malheureusement le seul moyen de faire c’est de tester l’enfant et lui faire subir une sorte de concours d’accès. La victime reste l’enfant. On lui fait vivre une grande pression sans prendre en considération ni son âge ni son état psychique, encore moins son avenir. C’est un contexte qui le prive de ses droits en tant qu’enfant. Il faut savoir que souvent, la personne la plus touchée dans toute cette histoire c’est la maman. Au risque de vous choquer, cette même maman est derrière le problème.

Qu’est-ce qui pousserait une maman à infliger ce mal à son enfant?

C’est ce qu’on appelle chez nous, le «paraître». Elle fait de son enfant un objet de distinction et de frime devant sa famille, ses amis et son entourage. Malheureusement, cette réalité est là et personne ne peut la nier.

Serait-elle l’acteur à blâmer ?

Elle est en quelque sorte victime et responsable à la fois. Ceci dit, la grande part de responsabilité revient à l’état de l’enseignement public au Maroc qui n’est pas à la hauteur. Il nous pousse à recourir à des moyens qui ne sont pas légaux, encore moins humains. Je pense ici à ce concours d’accès pour des enfants en bas âge que certaines écoles imposent. En l’absence totale de l’école publique, assurer un minimum de qualité d’éducation à ses enfants dans un système alternatif est légitime. Même si l’objectif premier de ce dernier est très souvent le profit.

Est-ce un nouveau modèle qui est en train de se mettre en place ?

Bien évidemment. C’est une sorte de pyramide basée sur celui qui détient le pouvoir de l’argent. On aura de ce fait les missions, suivies des écoles privées, et le public viendra en dernier. En faisant cela, nous sommes en train de conserver l’élite. Un vrai cercle vicieux est en train de se créer. Nous sommes dans un monde capitaliste, il ne faut pas se voiler la face. Celui qui a de l’argent recevra l’éducation qu’il faut, le reste du monde se battra pour se faire une place dans la société.

Quelles conséquences peut avoir cette pratique illégale, tolérée et même très tendance, qui est de faire passer des tests à un enfant pour qu’il accède à telle ou telle école ?

Je peux vous dire que j’ai moi-même connu et reçu des familles qui sortent complètement effondrées de cette période de «concours». L’effet qu’une évaluation qui mène à une acceptation ou à une exclusion d’un enfant à un système dit «élitiste» peut avoir des séquelles difficiles à gérer, aussi bien chez l’enfant que chez les parents.
 

Concrètement, pourrait-on recourir à la justice dans ce genre de situations ?

Bien évidemment, sauf que, vous serez perdant. C’est vous qui êtes venu et avez demandé à ce que votre enfant ait accès à cette école et donc c’est vous-même qui lui avez fait subir tout cela. Par contre vous pouvez recourir à la justice, non pour le cas de votre enfant, mais pour abolir le test qui est hors la loi. C’est tout un processus qui peut prendre beaucoup de temps. Il serait plus judicieux que ce soit la société civile qui soulève d’abord le débat autour de cette pratique et essayer d’y mettre un terme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *