Trafic de bébés à Casablanca : des peines de trois mois à six ans de prison

Trafic de bébés à Casablanca : des peines de trois mois à six ans de prison

Le tribunal de première instance de Casablanca a condamné, vendredi, à une peine de six ans de prison ferme, assortie d’une amende de 100 mille dirhams, la principale accusée (Z.K) dans une affaire de trafic de nouveau-nés. Poursuivie pour «commerce de bébés», nés de mères célibataires consentantes, et «vendus» à des femmes désireuses de les adopter, l’accusée, dénommée «El Hajja», a cependant été innocentée de l’accusation de la complicité de falsification de l’identité des bébés. Le tribunal a également condamné, dans le cadre de cette affaire, un administrateur-adjoint et deux agents d’autorité à 4 ans de prison ferme, assortis d’une amende de 50 mille dirhams pour chacun d’entre eux pour leur implication dans la falsification de l’identité des nouveau-nés. Deux autres femmes impliquées dans cette affaire, la bonne de la principale accusée ainsi qu’une infirmière, ont écopé d’une année de prison ferme et à verser, chacune, une amende de 10 mille dirhams. Les deux accusées étaient poursuivies pour «commerce de nouveau-né et falsification de son identité». Le tribunal a, de même, condamné deux autres femmes faisant partie de ce réseau respectivement à une année de prison avec sursis et à une amende de 5000 dirhams, et à trois mois de prison avec sursis et à une amende de 5000 dirhams. La première était poursuivie pour «atteinte aux mœurs» et «commerce de nouveau-né», alors que la seconde pour «atteinte aux mœurs» et «falsification de l’identité d’un nourrisson».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *