Trafic de devises et de faux documents : 33 arrestations à Alger (Presse)

Ces Africains, dont la plupart sont originaires du Mali et du Cameroun, utilisaient du matériel informatique pour fabriquer de faux documents et de faux billets de banques dans un hôtel à Aën Bénian (banlieue-ouest d’Alger) où ils étaient installés, selon ces sources.
Lors de leur arrestation, les policiers ont découvert en possession de ces Africains des faux passeports, cartes de séjours et quelque 65.000 euros en fausses coupures de 10 à 500 euros, selon les mêmes sources.
L’Algérie est devenue une plaque tournante de l’immigration clandestine vers l’Europe pour des milliers de jeunes Africains.
Début décembre, neuf immigrés Africains avaient été arrêtés à Alger par la gendarmerie pour trafic de devises et de faux documents, selon la presse.
Mardi, le ministère algérien des Affaires étrangères a annoncé avoir rapatrié par avion 556 clandestins africains vers le Burkina Faso, Cameroun, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Nigeria et le Sénégal,  Ces migrants, installés dans des abris de fortune près de la ville algérienne de Maghnia (nord-ouest de l’Algérie), avaient été arrêtés puis regroupés, début décembre, dans le sud du pays dans l’attente de leur rapatriement.
Plus de 6.000 immigrés clandestins originaires d’Afrique subsaharienne ont été expulsés d’Algérie en 2004, selon des statistiques de la gendarmerie nationale.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *