Trafic de voitures volées en Corse

Michel Colombani, 25 ans, fils d’un haut fonctionnaire de la préfecture de Haute-Corse, a été mis en examen et écroué samedi soir à la prison de Borgo dans le cadre d’une enquête sur un trafic de voitures volées. Il a été mis en examen pour  »association de malfaiteurs, recel de vols, dépôt d’armes, suppression ou altération de chiffres permettant l’identification de véhicules » par le juge d’instruction de Bastia Marie Leclerc, a-t-on appris auprès des gendarmes.
Interpellés en même temps que lui, jeudi soir et vendredi matin, son père, Pierre Colombani, chef de service à la préfecture, sa mère et sa compagne ont aussi été mis en examen pour  »complicité de détention illégale d’armes et complicité de recels de vols ». Un complice a également été mis en examen. Remis en liberté, ils sont actuellement sous contrôle judiciaire.
Les cinq personnes sont soupconnées d’être impliquées dans un important trafic de voitures volées et les gendarmes pensent que les personnes interpellées et mises en examen  »ont sans doute été interrompues dans des projets d’homicides ». Deux autres personnes interpellées jeudi et vendredi ont été relâchées.
Michel Colombani, qui apparaît comme le principal pivot de ce trafic, aurait été lié selon les enquêteurs, à Dominique Marcelli, assassiné le 21 août dernier à Moriani (Haute-Corse) et Nicolas Montigny, tué le 5 septembre dans un cyber-café de Bastia, deux hommes proches du mouvement Armata Corsa et connus aussi des services de police pour des affaires de droit commun.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *