Transition démographique : Ce qui attend le Maroc en 2050

Transition démographique : Ce qui attend le Maroc en 2050

Au Maroc, la population urbaine est appelée à continuer de croître de 1% entre 2018 et 2050 pour atteindre 32 millions d’habitants en 2050 contre 21,9 millions en 2018.

L’évolution de la population au Maroc sur les 30 prochaines années aura des impacts importants dont les effets se feront ressentir dans plusieurs domaines, à savoir l’emploi, la protection des personnes âgées, l’urbanisme, l’eau et la santé. C’est l’un des principaux constats qui ressort de la dernière édition «Les Cahiers du plan» du HCP du mois de mai sur la thématique «Démographie maghrébine : Situation et perspectives». Le Maroc compte 35,2 millions d’habitants en 2018, sa population atteindra 43,5 millions en 2050 avec un taux d’accroissement démographique de 0,7% entre 2018 et 2050.

En dépit de ce faible taux d’accroissement, le Maroc et l’Algérie continueraient à abriter 77,2% de la population du Maghreb en 2050. Au Maroc, la population urbaine est appelée à continuer de croître de 1% entre 2018 et 2050 pour atteindre 32 millions d’habitants en 2050 contre 21,9 millions en 2018. Ainsi, le taux d’urbanisation passera de 62,4% en 2018 à 73,6% en 2050. Selon cette étude du HCP, les concentrations urbaines au Maroc à l’instar des autres pays du Maghreb engendreront des problèmes de diverses natures, notamment en matière d’emploi, de logement, d’accessibilité aux services de santé, d’approvisionnement en eau potable et en énergie, voire de pollution et de traitement des déchets. De ce fait, une partie de la population urbaine se trouverait marginalisée et ne disposerait pas de moyens suffisants pour échapper à la pauvreté.

Une population active qui ne cessera de croître et un chômage difficile à résorber

La progression de la population active et des personnes âgées constituera le principal défi de la transition de la structure par âge de la population. La population active (15-59 ans) devrait continuer de croître tout au long de la période 2018-2050, passant de 22,3 millions à 26,1 millions, soit un taux d’accroissement annuel moyen de 0,5% durant la période 2018-2050. La population en âge de travailler pèsera moins dans le futur puisque son poids passerait de 61,8% en 2018 à 57,3% en 2050. Cela dit, le Maroc est aujourd’hui confronté à un défi de taille qui est l’insertion sur le marché du travail d’une population active jeune et en voie de féminisation.

L’étude du HCP signale que l’insertion des jeunes sur le marché du travail se heurte à un modèle de développement économique insuffisamment créateur d’emplois, auquel viennent s’ajouter des formations en décalage avec les besoins du marché et un déficit d’emplois décents dans le secteur formel. Vu l’étroitesse du système économique, il sera difficile de résorber le chômage dont les taux sont déjà élevés. Au Maroc, le taux de chômage évolue en dents de scie ces dernières années et reste à un niveau élevé (10,2% en 2017). Il concerne 1,2 million de personnes sur près de 12 millions d’actifs et affecte davantage les femmes qui connaissent déjà un faible taux d’emploi.

A noter que seule 1 femme sur 4 en âge de travailler a un emploi. Les jeunes, les femmes, les citadins et les diplômés du supérieur sont de loin les plus touchés par le chômage qui est généralement de longue durée. Il est aussi important de relever qu’au Maroc, le nombre d’emplois avec contrat et couverture sociale reste limité. Un peu plus d’un actif occupé âgé de 15 ans et plus sur 5 (22,5 %) a une couverture médicale liée à l’emploi qu’il exerce, et 20,9% de ces actifs occupés sont couverts par un système de retraite. La lourdeur et les restrictions du code du travail (salaire minimum, faible flexibilité, contraintes de licenciement) contribuent à rigidifier l’offre d’emploi des entreprises et expliquent également la difficulté d’accès à l’emploi formel.

Vieillissement de la population : La hausse des dépenses de santé est inévitable

Le Maroc devra faire face à un autre défi de taille qui est le vieillissement de sa population à l’horizon 2050. Ce vieillissement rapide de la population s’explique par la baisse de la fécondité (2,2 enfants par femme) et l’allongement de l’espérance de vie. Ce vieillissement a de graves répercussions sur les régimes de retraite. La progression du poids relatif des personnes âgées et l’élargissement de la couverture sociale aux salariés non couverts risquent de se traduire par une pression sur les régimes de retraite en place.

D’où l’intérêt de veiller aujourd’hui à préserver la viabilité financière des régimes de protection sociale et de s’interroger sur les réformes de leur financement et de leur fonctionnement. L’autre conséquence importante du vieillissement de la population est l’ augmentation des dépenses de santé. Celle-ci résulte d’une consommation de services de soins et de médicaments des personnes âgées supérieure à celle du reste de la population.

Ce qui aura pour conséquence d’entraîner des répercussions lourdes sur les finances publiques. Ainsi, l’augmentation de la fréquence des principales pathologies du vieillissement de longue durée, notamment les cancers, les maladies cardio-vasculaires, le diabète, les troubles neurologiques et mentaux… hausseraient le coût de la santé. En outre, sous l’effet de la nucléarisation et la réduction de la taille de la famille, un essoufflement de la solidarité familiale est prévisible. Ce qui aura pour conséquence une augmentation de la prise en charge sociale institutionnelle des personnes âgées.

Mesure de la fenêtre démographique

La mesure de la période relative à la fenêtre démographique dépendra essentiellement de l’évolution future de la fécondité. Ainsi la «fenêtre d’opportunités» correspondant au dividende démographique s’est ouverte pour le Maroc au tout début des années 2000.

Selon le HCP, celle-ci devrait se refermer vers 2038 pour le Maroc et la Tunisie, 2043 pour l’Algérie et 2047 pour la Libye.

Il faut rappeler à ce sujet que les pays où la baisse de la fécondité était rapide sont entrés très tôt dans la phase de l’aubaine, suivis par les pays ayant connu une baisse régulière.

En revanche, les pays qui connaissent une baisse lente de la fécondité connaîtront une entrée tardive dans cette aubaine, de ce fait ils auront du temps pour mettre en œuvre les politiques adéquates pour bénéficier de cette aubaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *