Transport : La majorité des syndicats n’a pas suivi l’appel à la grève

Transport : La majorité des syndicats n’a pas suivi l’appel à la grève

La grève nationale prévue les 8 et 9 octobre n’a pas été suivie. Les syndicats et associations professionnelles du secteur du transport poursuivent le dialogue avec le département de Karim Ghellab. «Nous ne faisons  pas grève dans la mesure où le dialogue est ouvert avec le ministre. Nous privilégions la voie du  dialogue et de la concertation. Nous allons d’ailleurs  rencontrer aujourd’hui le ministre pour débattre des différents problèmes liés au secteur des transports», déclare à ALM Miloudi Moukharek  secrétaire général de l’Union marocaine du travail (UMT). Même son de cloche pour la CDT, l’UGTM , l’UNTM et la FDT. «Nous sommes contre la grève. Les associations et les syndicats qui ont appelé à cette grève ne représentent en fait qu’une minorité de salariés et professionnels et n’ont qu’une très faible représentativité», souligne Abderrahmane Azouzi, secrétaire général de la Fédération démocratique du travail (FDT). Mardi, vingt-six syndicats et associations professionnelles du transport ont affirmé lors d’une réunion tenue au siège de la wilaya  du Grand Casablanca ne pas participer à la grève nationale. Du côté du ministère de l’Equipement et du Transport, M. Ghellab a déclaré que cette grève est «injustifiée» dans la mesure où le dialogue se poursuit.
«Le dialogue reste ouvert et tout appel à la grève ne fera qu’embrouiller les revendications des professionnels», a t-il indiqué. Le ministre a également  appelé les professionnels du transport à ne pas recourir à ce genre d’action qui constitue, selon lui, une sorte de «surenchère». Cet appel à la grève intervient après des rencontres organisées, au cours des dernières semaines par le  ministère de l’Equipement et du Transport  avec les représentants des syndicats et des associations de professionnels et les propriétaires de camions et d’autocars.
Le ministre de l’Equipement et du Transport a estimé que le projet du code de la route allait de pair avec la volonté commune de toutes les parties de mettre à niveau le secteur du transport routier. Au terme de ces rencontres, M. Ghellab a assuré que toutes les propositions et  les observations des représentants des organismes professionnels dans le secteur du transport routier, examinées lors de la réunion avec l’ancien Premier ministre, ont été exposées devant la Commission de l’Intérieur, de la décentralisation et des infrastructures à la Chambre des représentants et qu’elles seront prises en compte dans le cadre des amendements prévus par ladite commission et par la commission compétente à la Chambre des conseillers. A ce sujet , le président de la Commission de l’Intérieur, de la décentralisation et des infrastructures a précisé que celle-ci est ouverte à toute proposition provenant des différents syndicats et associations. «Nous sommes à leur écoute. Leurs propositions sont les bienvenues. Le débat reste ouvert», affirme Mohamed Moubdie. S’agissant du projet du code de la route qui a fait l’objet d’un examen lundi et mardi au niveau de ladite commission, M.Moubdie a indiqué qu’«Il y aura des  modifications très profondes qui vont être apportées au texte notamment en ce qui concerne les amendes (leur montant sera revu à la baisse) et les révisions techniques. Le texte sera soumis à la plénière à la fin du mois».
Pour rappel, cette grève a été lancée par plus d’une trentaine de syndicats et d’associations pour protester notamment sur le projet du code de la route qui, selon ces derniers, est  imposé de manière unilatérale par le ministère de l’Equipement et du Transport.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *