Transport routier de marchandises : Les formateurs des auto-écoles initiés à l’éco-conduite

Transport routier de marchandises : Les formateurs  des auto-écoles initiés à l’éco-conduite

L’objectif de cette mesure est de réduire l’émission de gaz à effet de serre

L’éco-conduite dans le transport routier de marchandises est devenue une nécessité. Le comportement de conduite citoyen permet non seulement de diminuer le risque d’accident mais de réduire la consommation de carburant et d’éliminer l’émission de gaz à effet de serre (GEF). Le ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le soutien financier du Fonds mondial pour l’environnement (FEM/GEF), a procédé lundi 17 juillet à Mohammedia au lancement de la 1ère session de la formation des formateurs à l’éco-conduite. En effet, cette mesure figure parmi les activités phares du Projet GEF-Transport, qui prévoit la mise en œuvre d’un programme de formation à l’éco-conduite pour les formateurs des auto-écoles offrant des sessions de formation pour l’obtention du permis de conduire de catégorie C relatif au poids lourd dédié au transport des marchandises.

Le ministère du transport précise à ce sujet que la formation «se déroulera en 10 sessions réparties entre juillet et novembre 2017, au profit de 100 formateurs relevant des institutions et centres publics et privés agréés, ainsi que ceux des entreprises privées de transport routier de marchandises». A travers ces sessions de formation, la tutelle souhaite ainsi conforter davantage ses efforts consentis en matière de promotion des bonnes pratiques d’économie d’énergie et d’éco-citoyenneté. Les retombées de l’éco-conduite seront importantes. A titre d’exemple, si 16.000 véhicules sont conduits écologiquement annuellement, les réductions sont estimées à 87-321 tonnes CO2.

Le Projet GEF-Transport intitulé «Intégration du changement climatique dans la stratégie nationale de développement de compétitivité logistique et dans la mise en œuvre des plates-formes logistiques», avait été lancé le 28 mars 2016 dans l’ objectif de réduire de 35% les émissions de gaz à effet de serre (GEF) liées au transport routier de marchandises. Outre ces séances de formation, le projet a prévu d’autres mesures portant notamment sur la sensibilisation des opérateurs. Ainsi, une large campagne de sensibilisation sera mise en place au profit des opérateurs du transport routier des marchandises inscrits au registre du ministère de tutelle pour les inciter à mettre en œuvre un ensemble de mesures, à savoir l’éco-conduite, l’acquisition de nouveaux véhicules en bénéficiant des mesures initiées par l’Etat pour promouvoir la norme antipollution Euro 4 et l’entretien régulier des véhicules. Cet effort de sensibilisation apportera les précisions nécessaires aux opérateurs sur les bienfaits de ces mesures mais également leur répercussion sur la facture énergétique, ainsi que sur celle du carburant.

A noter que ces activités de sensibilisation seront organisées en partenariat avec la Fédération de transport (FT-CGEM) en ciblant la région du Grand Casablanca ainsi que d’autres régions du Maroc. ll est prévu que le projet fera bénéficier au moins 1.000 opérateurs de transport de marchandises (soit 100 opérateurs sensibilisés au cours de chaque atelier avec 10 ateliers organisés dans les différentes régions du Royaume). Rappelons que le transport routier des marchandises fait partie des principales sources d’émissions de GES au Maroc puisqu’il s’agit d’un secteur énergivore dont la consommation ne cesse de croitre au fil des années.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *