Trois faux-monnayeurs arrêtés à Casablanca et Marrakech

Trois faux-monnayeurs ont été traduits dernièrement par la gendarmerie royale d’Aïn Diab devant le juge d’instruction près la cour d’appel de Casablanca. Il s’agit d’Ahmed, quarante-deux ans, Hamid, trente-cinq ans, Youssef, vingt ans et Farida, quarante ans.
Ce sont les éléments de la sûreté de Hay Hassani-Aïn Chok qui, les premiers, ont mis la main sur des faux billets de cent et deux cents dirhams qui circulaient entre les mains des marchands dans des souks. En cordonnant avec les éléments de la gendarmerie Royale d’Aïn Diab, les enquêteurs ont arrêté, dans un restaurant casablancais, deux éléments des trois faux-monnayeurs, Ahmed et Hamid, en possession de cent vingt mille dirhams de faux billets de cent et deux cents dirhams. Ils avaient l’intention de liquider et de changer une partie des faux billets. Les enquêteurs se sont dépêchés par la suite sur la demeure d’Ahmed pour effectuer une perquisition. Cette dernière leur a permis la saisie d’une quantité de faux billets d’une somme d’un million cent vingt-six mille dirhams composés de six cent trente-huit faux billets de cent dirhams et de deux cent quarante-quatre faux billets de deux cents dirhams. Les enquêteurs ont saisi également les matériels par lesquels travaillaient les faussaires.
Cependant les deux amis ont déclaré aux enquêteurs que le cerveau de ce réseau séjourne à Marrakech.
Les enquêteurs se sont rendus vers cette ville pour mettre hors d’état de nuire, Youssef. Chez ce dernier, les enquêteurs ont saisi un PC et une photocopieuse. Signalons que lors de la perquisition dans la demeure d’Ahmed les enquêteurs ont arrêté son amante, Farida, quarante ans, avec laquelle il entretient une relation depuis deux ans. Une relation non pas seulement amoureuse mais aussi d’affaires puisqu’ils s’adonnent tous les deux au charlatanisme. Chez eux, la police a saisi une somme de treize mille huit cent quatre-vingt dirhams en monnaie authentique.
Les trois faux-monnayeurs et l’amante de l’un d’eux ont été traduits devant la chambre criminelle près la cour d’appel de Casablanca poursuivis en état d’arrestation pour falsification et la mise en circulation des faux billets de banque et charlatanisme.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *