Trois millions DH pour la formation en oncologie

Trois millions DH pour la formation en oncologie

Renforcer la sensibilisation et la formation en oncologie, tels sont les principaux objectifs de l’accord de partenariat qui a été conclu récemment entre Latifa El Abida, secrétaire générale de l’Association Lalla Salma de lutte contre le cancer (ALSC) et Christophe Gourlet, directeur général de Sanofi-Aventis. D’une durée de 3 ans et d’un budget de 3 millions de dirhams, ce partenariat prévoit des programmes de formation en psycho-oncologie au profit des médecins oncologues opérant dans les différents centres hospitaliers publics. Cette formation permettra ainsi aux médecins de mieux comprendre les mutations qu’imposent au patient le diagnostic du cancer, les thérapeutiques, la guérison mais surtout de mettre en œuvre des solutions communes. Ces modules pédagogiques ont été développés en collaboration avec l’Institut national du cancer en France. Ce partenariat vise également à contribuer au perfectionnement des compétences et qualifications des infirmiers. Ainsi, la quasi-totalité des infirmiers exerçant en oncologie dans les hôpitaux publics bénéficieront d’un programme de formation établi en partenariat avec les hôpitaux universitaires de Genève. Une gestion plus efficiente des flux des patients au sein des centres d’oncologie figure parmi les autres axes majeurs de ce partenariat. L’identification des catégories de patients, l’organisation et la flexibilité de l’accueil sont autant de thématiques qui feront l’objet de recommandations et de guides opérationnels. Par ailleurs, il est prévu de mettre à la disposition des patients une information didactique et facilement compréhensible sur le cancer. Dans ce cadre, des fiches de chimiothérapie sur le thème «Mieux vivre son traitement contre le cancer» seront remises aux patients. Des réunions de groupe entre les patients et le personnel soignant seront également organisées. L’Association Lalla Salma multiplie ses actions pour améliorer la prise en charge de cette maladie. Rappelons qu’un plan national de prévention et de contrôle du cancer avait été lancé à Skhirat le 24 mars dernier. Fruit d’un partenariat entre l’ALSC et le ministère de la Santé, ce plan unique en son genre offre des soins de qualité accessibles à travers l’ensemble du Royaume. Il prévoit la mise en place de programmes de prévention en particulier dans le domaine de la lutte contre le tabac, la promotion de la vie saine et la réduction des risques de comportement. La mise en place de programmes de détection précoce de cancers du sein et du col de l’utérus figure parmi les autres priorités de ce plan national. On dénombre chaque année plus de 30.500 nouveaux cas de cancer au Maroc dont 36% de cas de cancer du sein. Trois millions de Marocaines risquent d’être touchées par le cancer du sein. Leur âge moyen est de 38 ans. La seule arme contre ce cancer reste le dépistage précoce. Un cancer du sein dépisté assez tôt est plus facile à traiter.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *