Tué pour un siège au bus

Tué pour un siège au bus

Les magistrats de la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Rabat ont rendu leur verdict dans l’affaire d’un homicide volontaire commis par un jeune adolescent à l’intérieur d’un bus à Rabat. Selon les poursuites judiciaires fournies à la Cour par le substitut du procureur général, Adib, âgé de 18 ans, sans antécédents judiciaires doit être condamné à la peine maximum prévue par la loi à savoir la réclusion perpétuelle. L’affaire a été débattue jeudi dernier en présence de plusieurs jeunes étudiants venus assister au procès. La victime de ce crime est un jeune adolescent qui poursuivait ses études dans un lycée à Rabat. Que s’est-il donc passé entre les deux adolescents ? D’après le rapport de l’instruction judiciaire, ils se trouvaient tous les deux dans un bus archi-plein. Au moment où l’une des places a été libérée, le présumé meurtrier demande à la victime de le laisser s’asseoir, l’autre lui répond que la place était réservée à sa copine. Une engueulade s’entame entre les deux et ils décident de quitter le bus pour s‘expliquer. Les voyageurs interviennent pour les séparer après un échange de coups, les deux jeunes dans la fleur de l’âge surexcités, deviennent très agressifs, le machiniste freine et pria les jeunes de descendre. Le premier descend, le second le suit et bonjour les dégâts. Le meurtrier armé d’un canif fait sortir son arme et lui lance un coup directement à la gorge. Il l’a atteint à la trachée-artère et mis aussitôt fin à sa vie. Adib prend la fuite, les autres étudiants qui se trouvaient dans le bus descendent et le suivent pour l’arrêter quelques centaines de mètres plus loin. La police et les secouristes arrivent, embarquent la victime qui respirait à peine et a malheureusement succombé à ses blessures avant d’arriver aux urgences. Quant au meurtrier, il a été embarqué de son côté au commissariat, conduit devant le procureur du Roi.Après un mois d’instruction, le voici en ce jour du jeudi 19 décembre devant les magistrats de la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Rabat pour répondre de son acte criminel. L’avocat qui le défendait a plaidé pour commuer l’accusation en homicide involontaire avant d’admettre après un débat tendu, qu’il s’agissait apparemment d’une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Les témoins présents au moment de la bagarre, au nombre de trois appelés pour livrer leurs témoignages, ont attesté que le défunt n’avait nullement l’intention de manifester la moindre agressivité à l’égard de son assassin. Paraît-il, il lui avait demandé avec gentillesse de céder la place à sa petite copine de classe qui souffrait du genou. Cette dernière appelée à son tour à la barre, a même raconté avoir été agressée par le meurtrier avant que la tragédie se déclenche entre les protagonistes de cette triste affaire criminelle qui entre dans le cadre des crimes commis sans aucune raison valable. Un simple malentendu qui a tourné au drame. Après délibérations, les magistrats de la cour ont condamné le présumé coupable à quinze ans de réclusion criminelle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *