Tunis développe des relations avec Shanghai

Un forum d’investissement et de commerce Tunisie-Chine s’est tenu, lundi, à Tunis et a été consacré à l’examen du développement de la coopération entre la Tunisie et la région chinoise de Shanghai. Ouvrant cette rencontre, Abdelhamid Triki, secrétaire d’Etat auprès du ministre du Développement et de la Coopération internationale, a rappelé que les relations entre la Tunisie et la Chine qui remontent au début des années soixante se caractérisent aujourd’hui par une coopération économique de plus en plus diversifiée et dense. «Les relations bilatérales entre les deux pays sont régies par quelque 23 accords couvrant tous les domaines diplomatiques, économiques, financiers, techniques, scientifiques et juridiques», a-t-il dit. Sur le plan économique et particulièrement en matière d’échanges commerciaux, la Chine est le principal partenaire asiatique de la Tunisie. Le volume global des échanges entre les deux pays est passé de 210 millions de dinars en 2001 à 1200 millions de dinars en 2008. M. Triki a souligné que la coopération bilatérale en matière d’investissement et de partenariat demeure toutefois très limitée. En effet, la Tunisie ne compte que six entreprises à participation chinoise, sur un total d’environ 3000 entreprises étrangères. Ces entreprises qui emploient 390 personnes opèrent dans le secteur industriel et les services.  «Afin d’atteindre les objectifs tracés dans le cadre de sa stratégie de développement socio-économique, la Tunisie a renforcé ses liens avec ses partenaires économiques, notamment à travers son espace euro-méditerranéen», a indiqué le secrétaire d’Etat. «Elle a engagé à ce titre des réformes en matière d’intégration accompagnées par la mise en place d’une infrastructure efficace dans les domaines du transport, des technologies de l’information et de la communication (TIC) et d’aménagement des zones industrielles. Ces efforts multiples ont permis de renforcer sa capacité d’attraction des investissements directs étrangers (IDE)», a jouté M. Triki. Le ministre tunisien a ajouté que la période s’étalant entre 2007 et 2011 et correspondant au plan de développement est une étape cruciale, compte tenu des défis à relever notamment la contrainte de l’emploi.  C’est ainsi, a fait savoir M. Triki, qu’au niveau de l’investissement, la réalisation des grands projets se poursuit à un rythme accéléré et les projets d’investissement des pays du Golfe en Tunisie sont maintenus», a fait savoir Abdelhamid Triki.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *