Tunisie : expulsion d’un Franco-tunisien, des ONG tunisiennes dénoncent des «allégations infondées»

Tunisie : expulsion d’un Franco-tunisien, des ONG tunisiennes dénoncent des «allégations infondées»

Des ONG tunisiennes ont dénoncé lundi «des allégations infondées» de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (Acat) contre l’expulsion d’un Franco-tunisien vers la Tunisie où il risque, selon cette association, la torture, a-t-on appris de source officielle. L’Organisation tunisienne de l’éducation et de la famille, l’Association des jeunes avocats et l’Association jeunes médecins sans frontières ont exprimé dans un communiqué leur «étonnement quant aux allégations infondées véhiculées par cette association au sujet du prétendu mauvais traitement qui serait réservé aux détenus dans notre pays, allégations contredites par la réalité et les législations en vigueur», a-t-on ajouté. Onsi Abichou, qui réside en France depuis son enfance, a été condamné en juin 2009 en son absence à la prison à perpétuité par le tribunal de première instance de Tunis qui l’accuse d’avoir participé à un trafic de drogue. Il a été arrêté en Allemagne où il se rendait depuis la France lors d’un contrôle d’identité le 17 octobre 2009, sur base d’un mandat d’arrêt international émis par la Tunisie. Selon l’Acat, M. Abichou, 27 ans, a été condamné, à tort et à son insu, «sur la base d’aveux (de tiers) obtenus sous la torture» . Tous les recours ayant été épuisés en Allemagne, Onsi Abichou, «peut à tout moment être envoyé en Tunisie où il risque d’être torturé», avait dénoncé l’Acat. Les ONG tunisiennes accusent «cette association d’instrumentaliser le droit pour défendre un individu dont la justice a prouvé l’implication dans la formation d’une bande de trafic de stupéfiants opérant à l’intérieur et à l’extérieur du pays ainsi que dans des activités criminelles dans ce cadre». Elles condamnent également «pareilles démarches douteuses exprimées par des parties qui réagissent rarement lorsqu’il s’agit de droits de citoyens tunisiens et maghrébins bafoués en Europe au vu et au su de tous». Interrogé par l’AFP, le ministère français des Affaires étrangères a indiqué vendredi suivre «avec attention la situation de M. Abichou, ressortissant français».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *