Tunisie : le gouvernement dément la saisie d’un journal d’opposition

Tunisie : le gouvernement dément la saisie d’un journal d’opposition

Le gouvernement tunisien a démenti dimanche la saisie de l’hebdomadaire Al-Mawkif, organe arabophone du Parti démocratique progressiste (PDP) de l’opposition légale dénoncée par ses dirigeants. «Le dernier numéro du journal Al-Mawkif a été diffusé normalement, et ce contrairement aux allégations devenues coutumières des responsables de ce journal», a affirmé un communiqué gouvernemental transmis à l’AFP. Sa rédaction avait indiqué samedi que le journal paraissant le vendredi était l’objet d’une saisie déguisée. «L’édition du 16 juillet 2010 du journal Al-Mawkif n’a pas été dans les kiosques ce vendredi, alors que la Société tunisienne de presse (Sotupresse) affirme avoir remis tous les exemplaires aux revendeurs», avait-elle précisé dans un communiqué. L’hebdomadaire publiait dans le numéro en question un poème du journaliste et opposant tunisien Taoufik Ben Brik et une déclaration écrite d’une «conférence nationale sur l’avenir de la République», organisée le 10 juillet par le PDP, a indiqué à l’AFP son rédacteur en chef Rachid Khéchana. Dans cette déclaration, cette formation de centre gauche avait rejeté «la présidence à vie» et s’était opposée à l’instauration d’un régime de type héréditaire en Tunisie, prônant une mobilisation pour une «transition pacifique» du pouvoir. Elle avait proposé des réformes pour limiter à deux le nombre de mandats à la présidence et garantir les libertés de presse, d’expression et d’organisation, ainsi qu’une loi d’amnistie pour les «prisonniers politiques». La direction du PDP avait dénoncé «le recours à cette saisie en dehors de toute décision judiciaire et appelé les autorités à lever cette mesure arbitraire immédiatement afin de permettre la diffusion normale du journal». La rédaction d’Al-Mawkif («opinion» en arabe) et les dirigeants du PDP dénoncent souvent des saisies camouflées, démenties à chaque fois par les autorités. «Tous les journaux des partis de l’opposition sont publiés et diffusés régulièrement dans le pays sans aucune restriction», lit-on encore dans le communiqué gouvernemental.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *