Un âne sème la panique dans un village près de Larache

Un âne sème la panique dans un village près de Larache

La rage continue de faire parler d’elle au Maroc. Depuis quelques jours, les habitants du village de Bouda relevant de la province de Larache sont angoissés depuis que des personnes ont été en contact avec un âne qui pourrait être porteur de la rage. C’est la psychose dans le village, plusieurs habitants craignent d’être contaminés par le virus de la rage. Contacté par ALM, Abdelouahed Hendy, directeur régional de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) de Tanger-Tétouan, affirme que «nous avons mené une enquête de terrain le 24 février. Nous avons alors appris que des enfants du village jouaient sur un terrain vague et l’un d’eux a été mordu par un âne. Trois autres enfants qui ont provoqué l’animal ont été en contact direct. Les habitants ont soupçonné que l’âne était porteur de la rage. Les autorités locales l’ont abattu à 1 kilomètre du village», déclare-t-il. Pour les services de l’ONSSA, il a été impossible d’établir un diagnostic pour savoir si l’animal était effectivement enragé étant donné qu’il a été abattu. «En l’absence d’un diagnostic, nous ne pouvons que supposer le pire, à savoir que l’animal portait la rage», explique M. Hendy. Par mesure de prévention et pour éviter tout risque de contamination, toutes les personnes qui ont été en contact avec l’âne, notamment le propriétaire et sa famille, ont été dirigées vers un centre antirabique pour être vaccinées. «Au total, une vingtaine de personnes ont été conduites vers le centre pour recevoir le vaccin antirabique», précise-t-il. 
En dépit des efforts menés par les autorités sanitaires, la rage continue de sévir au Maroc. En 2010, 21 cas de rage humaine ont été déclarés à travers le territoire national. Un chiffre qui est très loin de refléter la réalité car l’autopsie est le seul moyen pour confirmer un cas de rage humaine. Selon les statistiques de l’ONSSA, 26 cas de rage animale ont été déclarés en janvier 2012. Les chiens constituent le principal vecteur de la rage. Dans neuf cas sur dix, la personne atteinte de rage a été mordue par un chien enragé. Le virus se transmet par voie cutanée à la suite d’une morsure ou d’une griffure d’un animal infecté. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le chien est à l’origine de l’infection dans tous les cas mortels de rage humaine. Au Maroc, 400 à 450 cas de rage animale seraient déclarés chaque année. Plus de 55.000 personnes dans le monde meurent de cette maladie chaque année. 40% des personnes mordues par un animal chez qui il existe une suspicion de rage ont moins de 15 ans. Le nettoyage de la plaie et la vaccination, pratiqués dans les quelques heures suivant le contact avec un animal suspect, permettent de prévenir l’apparition de la rage et le décès.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *