Un Bac 2016 pas comme les autres: Jeûne, canicule, surveillance sévère…

Un Bac 2016 pas comme les autres: Jeûne, canicule, surveillance sévère…

Les candidats de l’examen national du baccalauréat ne sont pas près d’oublier l’année 2016. Mis à part le jeûne et la canicule, les élèves ont fait face à une surveillance extrêmement rigoureuse de la part des encadrants.

Toutefois, bien que l’examen terminal coïncide cette année avec le début du mois sacré, les différentes académies ont usé des meilleurs moyens afin de lutter efficacement contre toute tentative de fuite et de tricherie.

53 arrêtés pour tentative de fuite des corrigés

Mercredi dernier, alors que les candidats ont entamé la deuxième journée des épreuves avec résilience, les services de la police judiciaire ont procédé à plusieurs arrestations dans nombre de villes marocaines. 53 personnes ont été arrêtées pour leur implication dans une tentative de fuite de sujets sur les réseaux sociaux, selon un communiqué de la DGSN. Ces arrestations ont concerné 22 administrateurs de pages et sites de chat sur les réseaux sociaux. Les 31 autres personnes ont été interpellées pour leur implication dans des actes de fraude aux examens. Les mis en cause usaient d’équipements informatiques et de supports électroniques destinés à faciliter les opérations de triche. Ces agissements contribuaient à faciliter la fuite des épreuves et publier les réponses en ligne en contrepartie d’importantes sommes d’argent.

Des caméras et des équipements de contrôle

Dans sa lutte contre la triche, l’académie régionale de Fès-Meknès a mis en place des mesures inédites. Un système de surveillance permanent par vidéo est installé dans les différents centres d’examens. Aussi, plusieurs opérations de contrôle ont été effectuées durant la distribution des épreuves.
Evoquant le phénomène de la triche, Mohamed Dali, directeur de l’académie de régionale de Fès-Mèknes, indique dans une déclaration à la presse que des commissions spécialisées dotées d’équipements électroniques ont fait le tour des lycées et des centres d’examen. A noter que cette opération de contrôle inédite est assurée par des cadres relevant du ministère de l’éducation nationale. Dans la même dynamique, au niveau de l’académie régionale de la région Rabat-Salé-Kénitra, les commissions régionales et provinciales ont fait état d’une baisse du taux de la triche durant les deux premiers jours de l’examen, selon un communiqué de l’académie.

Quelques élèves ont craqué…

A part le cas du candidat qui a allumé une cigarette en sortant de l’épreuve de physique le mardi 7 juin, à Casablanca, un autre élève a craqué. Originaire de Béni Mellal, l’élève de 19 ans a brandi une arme blanche devant des professeurs chargés de la surveillance mercredi dernier. L’ayant surpris en possession de documents non autorisés, il a été expulsé de la salle d’examen pour fraude. Quelques temps après, il est revenu à l’établissement muni d’une arme blanche, menaçant en public nombre de surveillants, selon une source sécuritaire. Le mis en cause a été arrêté et sera déféré jeudi devant le procureur du Roi auprès le tribunal de première instance de Béni Mellal pour menace à l’arme blanche.

Maryem Laftouty
(Journaliste stagiaire)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *