Un clochard tue son violeur

Jeudi 10 octobre 2002. Les visiteurs du cimetière Moulay Maliana, commune Al Ismaïlia, Maknès, sont restés bouche bée devant une découverte macabre : le cadavre d’une personne de sexe masculin, vêtue en haillons, la trentaine, gisant dans une mare de sang. Aussitôt, ils ont alerté la police qui s’est dépêchée sur les lieux.
Le cadavre a été évacué par le fourgon mortuaire vers l’hôpital Mohammed V pour subir une autopsie et les enquêteurs de la police judiciaire ont entamé leurs investigations afin de tirer l’affaire au clair. L’autopsie a révélé que la victime a trouvé la mort suite à des coups de couteau et qu’il s’adonnait à la consommation de l’alcool à brûler et à l’inhalation de la colle à dissolution utilisée pour les pneus des vélomoteurs et des bicyclettes.
La police judiciaire est arrivée à l’identifier. Il s’agit de Hassan .A, âgé de trente-neuf ans, célibataire et sans profession. Les enquêteurs sont arrivés aussi à savoir qu’il est un clochard qui errait Meknès à gauche et à droite et qui fréquentait surtout les cimetières et la gare routière, avec d’autres clochards qui consomment toutes sortes de drogue. Les limiers de la PJ ont effectué, à ce propos, un ratissage sur ces lieux, pour arrêter onze clochards, y compris l’auteur de crime, A.D, trente ans, célibataire et sans profession. Ce dernier a avoué aux enquêteurs être l’auteur du crime et qu’il avait pour mobile la vengeance. Il leur a précisé qu’il buvait avec la victime et quatre autres clochards de l’alcool à brûler lorsqu’ils ont décidé de l’abuser sexuellement. Effectivement, leur a-t-il ajouté, ils sont passé à l’acte en le soumettant à leurs désirs sexuels à tour de rôle.
Une fois qu’il ont fini, ils ont pris la poudre d’escampette. Depuis, il a pensé à se venger en les tuant l’un après l’autre. Et il a commencé par A.D, qu’il a rencontré au cimetière alors qu’il était dans un état d’ébriété avancé. Face à face, H.A n’a pas hésité un moment à provoquer A.D, en le menaçant de le violer lui aussi, lui et ses amis. D’un mot à l’autre et d’un coup à l’autre, A.D a fini par lui asséner des coups de couteau mortels.
L’auteur du crime a été présenté à la chambre criminelle près la cour d’appel, poursuivi pour homicide volontaire avec préméditation et guet-apens, alors que les autres mis en cause ont été poursuivis pour homosexualité, attentat à la pudeur avec violence et non-dénonciation d’un crime.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *