Un conseiller impliqué dans une affaire de moeurs

Un conseiller communal, membre de la majorité du conseil de la commune rurale Loudaya, dans la ville de Marrakech, est actuellement poursuivi dans une affaire de moeurs, par l’un de ses électeurs. Vers 10 h du soir de la fameuse journée du scrutin, M.B, agriculteur de son état, la quarantaine, habitant au douar Tahata, ne pouvait contenir son émoi. La scène à laquelle il venait d’assister était pour le moins hallucinante. Le cher conseiller de sa commune, auquel il avait donné sa voix, était en pleins ébats sexuels avec son épouse. Il semblait prendre tout son temps, et jouissait des délices de l’amour charnel. Une foule d’interrogations sans queue ni tête torturait les méninges de Mohamed. « Comment se fait–il que je sois remercié de la sorte, moi qui n’ai pas hésité une seconde à lui attribuer ma voix », se lamenta-t-il. Ayant été pris de court, le conseiller libidineux, pris de paralysie, ne broncha aucunement. D’évidence, celui-ci aspirait au beurre et à l’argent du beurre. Quant à son épouse, morte de peur et de honte, les mains plaquées sur son visage, elle se contenta de balbutier les mots suivants : il m’a obligé à le faire, je n’y suis pour rien. Elle aura droit à deux paires de claques, plus un coup de poing en plein visage, qui la fera tomber en arrière, la bouche et le nez en sang. Quant au violeur indélicat et sans vergogne, qui tentait de déguerpir,il fut bientôt saisi à la gorge et rabattu par terre. Les riverains ne tardèrent pas à soupçonner que quelque chose d’anormale se passait au domicile de Mohamed B. Il y avait tellement de grabuge chez lui qu’une foule immense se rassembla juste devant la porte. Ne voulant pas attendre davantage, l’un des voisins enfonça la porte d’entrée et s’introduisit à l’intérieur, permettant ainsi aux autres curieux de lui filer le train. Tout le monde saura alors le fin mot de l’histoire. L’instigateur de ce scandale sera démasqué aux yeux de tous, à la surprise générale des habitants de douar Tahata, dont la majorité avait renouvelé sa confiance en lui, le jour des élections. Ces derniers se constitueront d’ailleurs témoins à charge dans cette affaire de moeurs, enregistrée sous le numéro : 6386/ 03 au tribunal de première instance de Marrakech. Pour le moment, le conseiller mal luné est poursuivi en liberté provisoire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *