Un Danois diabétique relève le défi

Un Danois diabétique relève le défi

Le diabète ne peut constituer une entrave pour exercer du sport. Une personne diabétique est en mesure de relever les défis les plus extrêmes. Tel est le cas de Sören Kruse Lilleöre, patient diabétique qui participera à la 24ème édition du célèbre Marathon des sables (27 mars – 4 avril 2009). Ce jeune Danois de 29 ans souffrant de diabète de type 1 appelé «diabète junévile» ou «diabète insulinodépendant» parcourra 245 kilomètres dans le désert avec son baluchon sur le dos. A travers cette initiative courageuse, Sören Kruse Lilleöre veut prouver que les défis sportifs sont accessibles aux personnes atteintes du diabète. «Le sport me permet de ne pas me sentir différent des autres», affirme-t-il. Et d’ajouter: «cela m’aide à mieux connaître les facteurs qui me permettent de mieux savoir les facteurs qui entraînent des variations de glycémie, en me donnant confiance dans mes capacités et en renforçant positivement ma propre opinion». Son challenge n’est pas de gagner la compétition mais d’être en mesure de la terminer. Ce jeune homme courageux a déjà participé à 22 marathons à travers le monde notamment en Australie, Danemark, Japon, Hawaï, France …Son dernier marathon remonte à un mois en Afrique du Sud. Ce fut pour lui l’occasion de se préparer à une nouvelle aventure qui l’attend au Maroc, un pays qu’il découvre pour la première fois. Contrairement aux compétitions précédentes, le Marathon des sables est réputé pour être l’une des épreuves les plus difficiles au monde. Pour Sören Kruse Lilleöre, c’est une occasion qui lui permettra de démontrer des prouesses physiques. Comme la plupart des participants, ce dernier est séduit par le caractère hors norme de l’épreuve. Cette  course est éprouvante non seulement par son parcours mais aussi par la durée et les conditions climatiques. Durant 7 jours, il devra faire face à des changements extrêmes de température pouvant atteindre les 55°C durant la journée et 0°C la nuit et portera 6 à 15 kilos sur le dos (habits, nourriture, trousse médicale et sac de couchage…).  Ce Danois suit depuis près de 10 ans un traitement à base d’insuline. Selon lui, le sport joue un rôle d’équilibre physique et psychique. «La pratique du sport me permet d’une part l’exercice physique et d’autre part d’améliorer la gestion personnelle de mon traitement». Chez le sujet diabétique, le glucose stocké, ne peut être consommé à défaut de présence ou d’efficacité  de l’insuline. La glycémie reste stable et contraint le patient à bien la surveiller  et d’en assurer un bon équilibre. Le sport apporte plusieurs avantages au diabétique. L’activité physique permet de consommer le glucose et contribue à faire baisser la glycémie. Par ailleurs, l’exercice musculaire augmente la sensibilité des muscles à l’insuline, aidant ainsi à obtenir un meilleur contrôle du diabète.
Rappelons que près de 1,5 million de Marocains souffrir du diabète. Cette maladie, qui constitue un véritable fléau, continue d’être  méconnue du grand public.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *