Un fonds spécial de soutien et une pension vieillesse pour bientôt ?

Un fonds spécial de soutien et une pension vieillesse pour bientôt ?

Personnes âgées : Ces oubliées de la protection sociale

Le Maroc s’intéresse enfin à ses seniors. Le premier rapport annuel   sur les personnes âgées qui a été présenté mardi dernier montre qu’il reste encore beaucoup à faire en matière de protection sociale au profit de cette catégorie de la population. Sur le plan médical, la plupart des personnes âgées n’ont pas de couverture médicale. Selon le document, seulement 14% des personnes âgées bénéficient de l’Assurance-maladie obligatoire (AMO) et 12% du Ramed. Et par conséquent, beaucoup de malades atteints de maladies chroniques n’accèdent pas aux soins de santé. Toujours selon les données du rapport, 64% d’entre eux, soit les deux tiers, vivent avec, au moins, une maladie chronique. En outre, la plupart des personnes âgées n’ont pas de pensions de retraite.

En effet, seulement 30% des personnes âgées de plus de 60 ans ont une pension de retraite. Quant aux structures d’accompagnement pour les personnes âgées, le Maroc ne compte que 54 structures d’accueil (maisons de retraite) accueillant 5.723 pensionnaires. Devant ce constat alarmant, le document élaboré par le comité de supervision de l’Observatoire national des personnes âgées préconise plusieurs mesures pour améliorer la situation de ces personnes.  Concernant la protection sociale, le rapport insiste sur l’importance de mettre en place une assurance financière sous forme d’une pension à laquelle les bénéficiaires sont appelés à contribuer pendant leurs années de travail.

Il s’agit aussi de faciliter et de développer l’accès aux soins à domicile et aux services de proximité, d’apporter des moyens d’assistance aux veuves et aux non-mariées âgées. Pour ce qui est des services de santé, parmi les mesures prévues figurent un accès plus souple aux prestations sanitaires, le soutien durable à la protection sociale et la promotion d’une assurance santé au coût abordable, en plus de la généralisation des services hospitaliers en gériatrie. Le rapport insiste également sur la nécessité de créer un fonds spécial de soutien à cette catégorie de la population à l’instar du Fonds de cohésion sociale. Il faut aussi relever la mise en place d’une carte pour ces personnes.

Celle-ci leur permettra de bénéficier de leurs droits, de simplifier les procédures en leur faveur et de leur accorder la priorité dans l’accès aux diverses prestations. Lors de la présentation de ce rapport, la ministre de la solidarité, du développement social, de l’égalité et de la famille, Jamila El Moussali, a mis l’accent sur la nécessité   d’élaborer une politique publique intégrée destinée aux personnes âgées, afin de répondre à leurs besoins. Selon la ministre, son élaboration  fait appel à  une meilleure connaissance de la situation des personnes âgées sur la base de données statistiques fiables et actualisées sur la situation de cette catégorie ainsi que l’adoption de nouveaux indicateurs pour mesurer le degré de dépendance à autrui et de contribution de ces personnes au développement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *