Un grand militant s’en va

Un grand militant s’en va

C’est dans une clinique parisienne à l’âge de 69 ans, que le journaliste et militant de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), Mohamed Benyahya a rendu l’âme  mardi 19 août 2008, après avoir subi une opération chirurgicale suite à laquelle il avait sombré dans le coma. Le défunt avait présidé la commission préparatoire du 8ème congrès de l’USFP. 
Le Syndicat national de la presse marocaine a déploré, dans un communiqué rendu public à Rabat, le décès de Mohamed Benyahya, soulignant que le défunt comptait parmi les journalistes de renom que le Maroc a connu, particulièrement à travers «Al Balagh Al Maghribi», un hebdomadaire en langue arabe qu’il avait fondé en 1981 et dirigé durant quelques années.
Feu Mohamed Benyahya avait également exercé à Radio France Internationale (RFI) et à l’Agence France Presse (AFP).
Militant de l’USFP, il a également siégé en tant que député à la Chambre des représentants en 1997 et a été réélu en 2002. Suite au décès de Mohamed Benyahya le bureau politique de l’USFP a publié un communiqué dans lequel il a rappelé le parcours exceptionnel de Mohamed Benyahya et présenté les condoléances les plus attristées aux membres de sa famille. Pour ceux qui l’ont côtoyé et connu, le regretté Mohamed Benyahya était un véritable militant pétri de patience, de générosité et de tolérance. Membre actif au sein du mouvement estudiantin de l’UNEM dans les années 70, il s’est battu pour défendre les droits des étudiants et pour l’émancipation de ce mouvement. Ceux qui l’ont approché garderont en mémoire l’image d’un grand journaliste et représentant de la ville d’Agadir au Parlement. Rôle qu’il avait rempli avec beaucoup d’abnégation et de dévouement. La dépouille mortelle de Mohamed Benyahya devait être rapatriée jeudi soir au Maroc, a-t-on appris auprès du frère du défunt, Belaid Benyahya. Il a aussi précisé que «le corps devait être rapatrié à bord d’un vol reliant Paris à Fès». Les obsèques devaient avoir lieu ce vendredi 22 août à Meknès après la prière du vendredi. Puisse Dieu avoir le défunt en Sa Sainte miséricorde.     


Réactions


Abdelouahed Radi, ministre de la Justice
Mohamed Beyahya était un militant de longue date et pendant les périodes les plus difficiles. Il croyait aux valeurs et principes pour lesquel il s’est toujours battu. Il a beaucoup donné au parti et au Maroc notamment en ce qui concerne l’intégrité territoriale. Il était un grand journaliste et un grand défenseur de la démocratie. Il a occupé plusieurs responsabilités importantes au sein de l’USFP. C’était un homme de dialogue qui avait l’art de convaincre avec une véritable suite dans les idées. Il avait une ouverture très large d’esprit. Nous ne l’oublierons jamais.

Hassan Tarik, ami du défunt, membre de l’USFP
C’était un grand et véritable ami. On avait l’habitude de nous rencontrer souvent pour discuter de plusieurs sujets d’actualité. C’était un fervent de la démocratie. Nous avons travaillé ensemble au sein d’une sous-commission sur l’identité en préparation au 7ème congrès de l’USFP. C’était un homme de dialogue muni  d’une grande capacité d’écoute. En tant que journaliste, il est l’auteur d’une expérience inédite dans le monde de la presse indépendante dans les années 80, avec la création de son journal «Al Balagh Al Maghribi». Je regrette énormément son absence.

Abdelkader Bayna, membre du bureau politique de l’USFP
Le décès de Mohamed Benyahya est une grande perte pour notre parti. C’est un frère fidèle et un militant sans fausse note. Il a joué un grand rôle dans l’organisation du 8ème congrès de l’USFP. Il était le grand défenseur des causes nationales, à leur tête la question du Sahara. Rappelons que dans un temps où la liberté d’expression était opprimée, il avait fondé « Al Balagh Al Maghribi » et brillé par sa publication. Les militants de l’USFP seront fidèles à son parcours et suivront ses pas pour le bien de notre pays.

Abdelmajid Bouzoubaâ, SG du Parti socialiste
Je profite de l’occasion pour présenter mes condoléances à la petite famille de Mohamed Benyahya, et sa grande famille de l’USFP. J’entretenais une relation d’amitié avec le défunt depuis 1982. Il venait juste de rentrer de l’exil. Il a exercé le métier de journaliste dans une période très difficile perturbée  par les événements de 1981. j’ai connu en  lui un homme compétant et véridique, qui défend les causes nationales avec beaucoup d’honnêteté.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *