Un homme de communication

L’apparence juvénile du ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, contraste avec les nombreuses activités qu’il a cumulées. Né en 1959 à Rabat, Nabil Benabdallah va intégrer l’activité politique à un âge très jeune. Il adhère au PPS (parti du progrès et du socialisme) en février 1978, dès le début de ses études en France. Tout aussi jeune, il assumera immédiatement après des responsabilités au sein de l’UNEM (union nationale des étudiants marocains) au niveau de la section de Paris puis au niveau de la fédération de l’Europe occidentale.Lorsque l’on se retrouve face à ce jeune ministre, il émane de toute sa personne une aura d’élégance ponctuée par un discours très courtois. Rien d’étonnant dans ce sens.
L’homme est titulaire d’un Diplôme supérieur de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), option relations internationales. Il est également Interprète assermenté depuis avril 1987, et vice-président de l’ordre des interprètes assermentés au Maroc. Autant dire que dans l’univers de la linguistique, M.Benabdallah est comme un poisson dans l’eau. D’autant plus que son père fait partie de la première génération des Marocains qui avaient opté pour l’Egypte pour poursuivre leurs études et a été également parmi les premiers à avoir rejoint la RTM. Le foyer de la famille Benabdallah était très accueillant, c’est connu dans les milieux r’batis. Il englobait toutes les formes du savoir, de par la diversité des compétences des membres de la famille Benabdallah, dont le père interprète était également poète. Une bonne partie de l’élite de la capitale effectuait régulièrement des visites dans leur maison. En rentrant au pays en 1985 M.Benabdallah est responsable du bureau régional du PPS à Rabat, pour se retrouver trois ans après à la tête de la jeunesse du PPS appelée alors «Jeunesse marocaine pour le progrès et le socialisme», en tant que Secrétaire général. La même année, c’est-à-dire en 1988, il est élu membre comité central du parti. La jeunesse du PPS change de nom, devient «La Jeunesse Socialiste, et M.Benabdallah est réélu à sa tête en 1994 avec le titre de président cette fois.
A l’occasion du 5ème Congrès du parti qui a eu lieu en juillet 1995, il sera élu membre du bureau politique, à l’âge de trente-six ans. Depuis la même année, M.Benabdallah est en charge du secteur de la communication du parti. Un parcours qui ne laisse aucun répit à Nabil Benabdallah l’individu. Ce qui ne l’a jamais empêché d’avoir ses petits moments à lui «Je suis particulièrement intéressé par le sport et la culture. Et surtout le sport, mais plus en tant observateur que pratiquant. Hélas, le temps ne me l’a jamais permis.» avoue-t-il avec un brin d’amertume dans le ton. Cependant, le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement demeure quand même un lecteur assidu. Il est passionné par la lecture, notamment en langues arabe et française. M. Benabdallah a été Directeur des journaux Al Bayane et Bayane Al Yaoum de 1997 à 2000. Une période à laquelle les deux publications du PPS connaîtront une nette progression, de l’avis des gens qui ont travaillé sous sa houlette. Il a donc déjà fait un passage au quatrième pouvoir, avant d’intégrer le deuxième il y a à peine plus de deux semaines.
L’ex-directeur d’Al Bayane démissionnera de la présidence de la jeunesse du PPS en 1998, et en juillet 2001 il fut réélu membre du bureau politique du PPS lors de son sixième Congrès. A 43 ans, un âge où bien d’autres commencent à assumer des responsabilités d’envergure, il y a lieu de constater que le parcours politique de M.Benabdallah est une donnée impressionnante. Et comme toutes les données à caractère impressionnant, celle-ci sera sans doute utilisée à bon escient.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *