Un homme traqué pour avoir participé à une tuerie

Les gendarmes traquent depuis plusieurs mois un proche de Kamel Ben Salah. En Espagne, les enquêteurs de la section recherches de la gendarmerie de Toulouse espèrent enfin mettre la main sur un homme qu’ils cherchent depuis «trop longtemps»… Ce proche de Kamel Ben Salah, condamné en 2002 à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre en 1999 de quatre Hollandais, est-il le deuxième homme de la tuerie de Monfort ? Ce fantôme hante tous ceux qui ont approché ce dossier, comme l’a relaté à de nombreuses reprises «La Dépêche du Midi.» Kamel Ben Salah arrêté un mois après les faits, puis condamné, n’a jamais avoué. Ni même vraiment parlé sauf pour dire son innocence. Depuis 2006 et l’arrivée au parquet d’Auch d’une lettre qui détaillait des faits «troublants» et a relancé le doute sur un éventuel complice, les gendarmes de la SR ont vérifié pied à pied les éléments dévoilés par l’auteur du courrier anonyme. Sans avancer de manière spectaculaire «dans la manifestation de la vérité».
Dans la nuit du 20 au 21 mai 1999, quatre Hollandais étaient sauvagement assassinés dans leur maison de Monfort, dans le Gers. Torturés, abattus par arme à feu ou égorgés, Artie van Hulst et son épouse Marianne, Dorothea Nieuwenhuis, la sœur de Marianne, et son mari Johan ont été tués et dépouillés de leurs quatorze cartes bancaires qui seront utilisées pour effectuer des retraits. Kamel Ben Salah, 35 ans au moment des faits, travaillait pour le compte du couple Van Hulst à la rénovation de leur ferme, «La Boupillère».
Le jour du drame, Kamel Ben Salah avait passé une partie de la soirée avec Artie van Hulst pendant que les trois autres personnes étaient parties dîner au restaurant, à Fleurance. Tout au long de l’enquête, puis au cours des deux procès qui eurent lieu en avril 2002 à Auch et en 2003 en appel devant la Cour d’assises de Bordeaux, il a nié avec constance être l’auteur du quadruple meurtre. Condamné deux fois, Kamel Ben Salah purge aujourd’hui une peine de réclusion à perpétuité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *