Un jeune homme si poli

D’habitude, Najat, vingt-sept ans, rend visite de temps en temps à sa cousine. Elle est son amie intime, à laquelle, elle ouvre son coeur et confie ses secrets sans la moindre réserve. C’est à Casablanca qu’elles vivent toutes les deux avec leurs familles, l’une poursuivant ses études et l’autre travaillant dans une société.
C’était un jour du troisième week-end du mois de janvier qu’elle s’est rendue chez sa cousine afin qu’elles passent ensemble quelques bons moments. Elles venaient d’engager la conversation, quand le téléphone portable de Najat sonna. Allo ! qui est à l’appareil ? Une voix douce lui répond qu’il s’agit de Abderrahim. Un beau sourire orne à ce moment ses lèvres. Elle ne se rend plus compte de la présence de sa cousine, oubliant aussitôt son existence. “Oui, tu peux m’attendre dans la rue …Je viens dans une demi-heure avec ma cousine…“, répond-elle à Abderrahim. Une fois le téléphone raccroché, sa cousine la martèle de questions sur ce Abderrahim. Elle lui explique qu’elle vient de faire sa connaissance et qu’elle n’est sortie avec lui qu’une seule fois. Et pourtant, elle est arrivée à se faire un jugement : c’est un jeune homme très poli, bien éduqué, correct, cultivant l’humour. Elle est tombée en admiration dès leur première rencontre. Sa cousine lui a expliqué qu’il ne fallait pas juger les personnes après une seule rencontre.
Le moment du rendez-vous arrive. A ce moment, Najat demande à sa cousine de l’accompagner. Elle refuse au départ. Mais quand elle lui apprend qu’il les attend toutes les deux, elle finit par obtempérer. Elles sortent de la maison à destination du lieu de la rencontre. Abderrahim est déjà là, les attendant impatiemment à bord de sa voiture. Après les salutations, les deux jeunes filles y montent. Najat prend place à côté d’Abderrahim et sa cousine sur la banquette arrière. Le jeune homme démarre sans leur dire sa destination. Il conduit tranquillement, en sillonnant les différentes artères du centre-ville. Ils causent entre eux au point que la cousine de Najat est convaincue qu’il s’agit décidément d’un garçon poli. Tout à coup, il propose aux deux jeunes femmes de se rendre dans un appartement, à la plage Paloma pour se divertir tranquillement et prendre des sandwiches. Les deux jeunes filles échangent aussitôt des regards et répondent toutes les deux et en même temps qu’elles ont rendez-vous avec une amie. Abderrahim ne veut rien entendre, il continue à conduire sans répondre. Najat lui demande de les ramener chez elles ou au moins qu’il s’arrête afin qu’elles puissent descendre. Il leur explique qu’ils iront à l’appartement. Najat le supplie de les laisser tranquilles et qu’elles ne sont sorties en sa compagnie que pour faire un tour en ville et retourner chez elles. Mais Abderrahim accélère. Les coeurs des deux filles battent la chamade. Elles ne savent ni quoi faire, ni quoi dire. Elles se contentent de le supplier de s’arrêter au point qu’elles fondent en larmes. Mais en vain.19h 30mn. Les deux filles continuent à lui demander de les laisser tranquilles. Mais loin de là. Il insiste qu’elles passent un petit bon moment avec lui. A un feu rouge, au boulevard d’Anfa, la cousine ouvre la portière arrière et s’enfuit en courant. Elle prend un petit taxi et se rend chez son oncle pour l’alerter. Quant à Najat, elle continue à le supplier. Mais toujours en vain. Une fois arrivés à la plage Paloma, il la conduit vers une maison jouxtant la mer. A l’intérieur, il l’oblige à faire l’amour avec lui. Elle lui affirme qu’elle est encore vierge. A ce moment, il la déshabille sous la menace et la sodomise à deux reprises avant de s’endormir. Ce dont elle profite pour lui subtiliser la clé et sortir pour téléphoner à ses parents. Ces derniers ont déjà alerté la police. Najat leur indique le lieu et attend leur arrivée. Arrêté, Abderrahim a été traduit devant la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca, poursuivi pour enlèvement, séquestration et viol.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *