Un marocain dans la tourmente

Un marocain dans la tourmente

L’affaire de la disparition des deux fillettes belges, Nathalie et Stacy, continue de défrayer la chronique. Malgré les recherches intenses entreprises depuis leur disparition survenue la nuit du 9 juin dernier à Liège, les deux fillettes sont introuvables.
 Le principal suspect dans cette affaire, Abdallah Aït Oud, un homme âgé de 39 ans, a comparu mardi matin devant la justice. Il continue de nier son implication dans cet enlèvement et les charges retenues contre lui. Selon l’agence Belga, le parquet a une nouvelle fois requis le maintien en détention du mis en cause pour une durée d’un mois.
Alors que la défense a plaidé sa libération pour absence de preuves tangibles de sa culpabilité. Selon les avocats de l’accusé, il n’y a aucun lien dans le dossier entre les éléments retenus contre leur client et la disparition des enfants. «Nous demandons à ce qu’on appréhende le dossier de manière neutre, impartiale et sans a priori», a souligné Maître Michel Bouchat, à l’issue de l’audience.
La chambre des mises en accusation dispose d’un délai d’une semaine pour rendre son arrêt. Il devra donc être rendu pour le 4 juillet au plus tard.
Il faut dire que l’affaire suscite une vive inquiétude en Belgique.  L’affaire Dutroux, du nom du pédophile Marc Dutroux, responsable de l’enlèvement et de l’assassinat, il y a dix ans, de quatre filles, est fortement ancrée dans les mémoires.
Malgré l’absence de preuves accablantes, Abdallah Ait Oud est maintenu en détention. Son passé judiciaire chargé de faits de mœurs et sa présence sur le lieu et au moment de la disparition semblent être les principaux éléments qui jouent contre lui.
D’ailleurs, la chambre du conseil a confirmé le 19 juin son mandat d’arrêt en se basant sur ces indices. Le suspect a été vu près de Nathalie et Stacy peu avant leur disparition dans le quartier Saint-Léonard alors que s’achevait une braderie, indique une source policière, rapporte l’agence AP. Par ailleurs, les enquêteurs poursuivaient leurs investigations pour tenter de retrouver les traces des deux fillettes âgées respectivement de 10 ans et 7 ans. Les équipes de recherche ont fouillé dans une décharge à la recherche de vêtements d’enfants.
D’autre part, des fouilles se sont poursuivies en dessous des bateaux amarrés le long du fleuve la Meuse, proche du lieu de disparition des deux enfants.
Les équipes de la protection civile continuent également à fouiller la décharge d’Intradel. Le travail était très difficile en raison de l’odeur nauséabonde qui sort des déchets en décomposition. En vain.
Les policiers ont fouillé la maison du suspect à Liège et ont poursuivi leurs recherches dans toute la ville, inspectant un hôpital abandonné ainsi que les berges de la Meuse, toute proche.
Aucune trace des enfants disparues. Selon des observateurs, le maintien en détention d’Ait Oud malgré l’absence de preuves contre lui pourrait être motivé par la crainte de réactions hostiles de l’opinion belge, définitivement marquée par l’affaire Dutroux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *