Un médecin soupçonné d’attouchements sexuels sur six lycéennes

La deuxième semaine de septembre, les élèves du lycée horticole de  Leffrinckoucke ont passé leur visite médicale annuelle. Leur activité  physique et la manipulation d’outils dangereux nécessite en effet une  telle visite au moment de la rentrée scolaire. Depuis l’an passé, par  souci d’économie, le ministère n’envoie plus de médecin pour effectuer ces visites, révèle La Voix du Nord.
Le lycée horticole a donc établi une convention avec un médecin généraliste de la région de Dunkerque. Après avoir passé la visite, une lycéenne de 15 ans s’est effondrée en larmes en plein cours, précise La Voix du Nord. L’adolescente  a téléphoné à sa mère pour lui raconter ce qu’elle avait subi lors de la visite  médicale. C’est ainsi que la lycéenne a indiqué que le médecin lui avait ordonné d’enlever son chemisier et son pantalon, et que, durant la visite, il lui avait longuement passé la main dans sa culotte en lui demandant si elle avait déjà eu des relations sexuelles avec un  garçon, toujours selon La Voix du Nord.
Le cas de cette jeune fille n’est pas isolé. Cinq autres lycéennes ont déclaré, après cette visite, avoir subi des attouchements identiques. Les jeunes filles étant issues de classes différentes, ne se connaissent pas forcément, précise encore La Voix du Nord. À la suite de ces révélations, le proviseur de l’établissement avait envoyé un signalement au procureur de la République.
Le 18 septembre dernier, les six jeunes adolescentes, âgées de 15 à 17 ans, ont déposé plainte au commissariat de Dunkerque, précise La Voix du Nord. À la suite de l’audition des plaignantes, le médecin a été placé en garde à vue.
Devant les policiers, le médecin a reconnu s’être livré à ces attouchements. Le médecin a été déféré, vendredi, devant le procureur de la République. Il est convoqué, le 20 novembre prochain, au tribunal correctionnel  pour agressions sexuelles par personne ayant autorité. Le médecin a  été laissé libre. Il a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de fréquenter des établissements scolaires.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *