Un petit marocain disparaît en France

Six jours après sa disparition, le petit Larbi Fanousse, enfant marocain de 10 ans, n’est toujours pas réapparu au domicile familial de la cité des Aubiers dans la banlieue de Bordeaux, rapportent plusieurs quotidiens français. Le petit Larbi a-t-il été enlevé ?, s’interroge France-Soir dans un article publié à la Une de son édition de mardi, et enrichi d’une photo du petit gamin avec sa mère. L’hypothèse de la fugue, d’abord privilégiée, cède maintenant le pas à de plus sombres perspectives, souligne France-Soir en rappelant que le parquet de Bordeaux a déjà ouvert lundi une information judiciaire pour «enlèvement et séquestration». Larbi, ce petit enfant débrouillard, brun aux yeux noirs, «un peu gâté» mais sans histoire, étaient bien à l’école mardi matin, jour de sa disparition. A midi, laissant son cartable dans sa classe de cm1, il est rentré chez lui pour déjeuner. «Il est parti en me disant: à ce soir !», confie péniblement son père Benachour à France-Soir. Selon la même source, une chose est certaine, «monsieur sourire» comme le surnomment ses copains, a séché les cours. Certains l’ont vu faire du roller dans le quartier : vers 16 h autour du groupe scolaire, puis vers 17h dans le centre commercial voisin de Bordeaux-lac. Un peu plus tard, il a sonné à la porte de plusieurs de ses voisins pour leur vendre des billets de tombola. Jeudi matin, poursuit France-Soir, un homme de cinquante ans pense avoir pris le gamin en auto-stop mercredi soir. Il confie à la police que l’enfant disait se rendre chez ses parents. L’automobiliste l’aurait déposé à une soixantaine de kilomètres au nord de Bordeaux. Les recherches conduites depuis une semaine dans les caves des immeubles de la cité, dans les eaux et sur les berges du lac voisin n’ont rien donné. «Il devait être là. Je veux qu’on me le rende», se lamente sa mère, Fatima, en écho. Yvelise, la voisine, se désole : «On a collé des affiches partout dans la cité, et dans plusieurs quartiers de Bordeaux, on a fait des rondes à tour de rôle, mais personne ne l’a vu». Avec les quelques dizaines de francs collectés pour la tombola de l’école, l’enfant n’a pas pu aller très loin. Avec le froid rude des derniers jours, même l’hypothèse de la fugue prend une tournure inquiétante, conclut France-Soir. La même information a été rapportée par Libération et Aujourd’hui en France qui soulignent que plusieurs témoignages laissent penser que le petit garçon serait encore en train d’errer dans le quartier. Selon Aujourd’hui en France, le magistrat reconnaît «s’accrocher à un dernier témoignage d’une personne qui dit l’avoir vu de près, vendredi soir, dans sa cité, ce qui laisse penser qu’il peut se trouver encore dans ce quartier».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *