Un plan pour soutenir les droits de l’Homme au Maroc

Un plan pour soutenir les droits de l’Homme au Maroc

Le PANDDH contribuera à la consécration des droits de l’Homme au Maroc. C’est ce qui vient d’affirmer le président du Conseil consultatif des droits de l’Homme (CCDH), Ahmed Herzenni. Le Plan d’action national en matière de démocratie et des droits de l’Homme (PANDDH) vise, en effet, à maintenir l’opinion publique informée sur la situation des droits de l’Homme au Maroc et sur les outils juridiques garantissant le respect de ces droits. Ce plan ambitionne, en outre, de mettre en place une stratégie nationale et un plan d’action relatifs aux droits de l’Homme, tout en garantissant le suivi du processus d’adoption et l’accompagnement de leur mise en œuvre.
Quant aux compétences institutionnelles, opérationnelles et de gestion du Centre de documentation, d’information et de formation en droits de l’Homme (CDIFDH), qui se verront renforcées grâce au PANDDH, elles permettront à cet organisme d’assumer ses responsabilités dans la promotion de la stratégie nationale et du plan d’action sur les droits de l’Homme et de jouer son rôle de moteur d’un dialogue continu entre les autorités et les organisations de la société civile.
Ce projet traduit, selon des membres du CCDH, la volonté d’enraciner les principes des droits de l’Homme de manière effective dans les programmes et actions de l’Etat, en reflétant ainsi le besoin de consolider les acquis démocratiques du Maroc. «C’est également la reconnaissance que non seulement ces principes sont d’une importance primordiale pour le bien-être des individus et des groupes mais aussi pour le progrès économique et social », ont-il souligné. Ainsi, la mise en œuvre des principes des droits de l’Homme est de plus en plus considérée comme étant le gage de la cohésion sociale et de la réussite du processus de développement humain.
Le PANDDH est chargé, par alilleurs, de mettre en place des stratégies globales visant la promotion et la protection des droits de l’Homme, de manière à disposer d’un cadre cohérent qui permet d’inscrire et de coordonner l’ensemble des actions et programmes de l’Etat tendant à améliorer la connaissance, la diffusion, la promotion, la sauvegarde, le respect et le développement des droits humains au Maroc. S’agissant des droits socio-économiques, culturels et environnementaux, M. Herzenni a appelé à accorder plus d’importance à ces droits, et a souligné que la consolidation de la démocratie est tributaire de l’adhésion à l’effort national visant la consécration de ses droits. «La première étape est de clore définitivement la page du passé à travers la réparation individuelle et collective du préjudice qui consiste, entre autres, à indemniser les victimes des violations, dévoiler la vérité, ainsi que proposer des réformes à même de garantir que de telles violations ne se reproduisent plus», a-t-il ajouté. Évoquant les recommandations de l’Instance équité et Réconciliation (IER), M. Herzenni a annoncé que le CCDH est sur le point d’achever la mise en œuvre des recommandations relatives à la réparation individuelle et communautaire. Pour ce qui est des recommandations relatives aux réformes, M. Herzenni a rappelé les actions entreprises par le CCDH, soulignant que la mise en œuvre des recommandations de l’IER incombe à tous les acteurs de la société et non seulement au Conseil.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *