Un problème de santé majeur au Maroc

Un problème de santé majeur au Maroc

En marge de la 1ère Journée internationale de cardiologie Ibn Rochd, organisée samedi à Casablanca, le Pr. Bennis, chef du service de cardiologie et du département des maladies cardiovasculaires au CHU Ibn Rochd de Casablanca a indiqué que les maladies cardiovasculaires sont la cause de 30 % de la mortalité mondiale. Ces maladies sont recensées plus chez les hommes que chez les femmes, bien que l’attaque soit plus grave pour la femme, a-t-il fait remarquer, dans un entretien à la MAP, précisant que de plus en plus de malades souffrant de facteurs de risque cardiovasculaire sont enregistrés au Maroc, dont plus de 33% d’hypertendus, 29% d’augmentation de cholestérol, plus de 13% d’obèses et 7% environ de diabétiques. Après avoir insisté sur l’importance de la prévention (exercice du sport et arrêt du tabac) et de la sensibilisation au danger du surpoids (graisses abdominales plus dangereuses pour le coeur), le Pr. Bennis  a affirmé que 10.000 cas de chirurgie sont en attente à cause des difficultés d’accès aux soins, bien que de grands moyens de traitement existent actuellement. Le nombre de spécialistes au Maroc demeure en deçà des besoins, a-t-il relevé, ajoutant que ce constat est aggravé par la concentration des spécialistes sur l’axe Rabat-Casablanca ainsi que par le coût onéreux des interventions chirurgicales et de la prise en charge. Et de plaider pour la décentralisation des soins, la généralisation de la couverture sociale, une politique nationale claire de lutte contre les maladies cardiovasculaires et une lutte réelle contre le fléau du tabagisme pour s’aligner sur les pays développés en la matière. Revenant sur la 1ère Journée internationale de cardiologie Ibn Rochd, tenue avec la participation de plusieurs Professeurs et experts marocains et étrangers, le chef du département des maladies cardiovasculaires/CHU Ibn Rochd, souligne que le programme de cette Journée Conférence internationale était très riche sur le plan scientifique et médical, avec des interventions axées notamment sur les cardiopathies congénitales et pédiatriques, la valve mitrale et l’insuffisance cardiaque en 2008.
Les débats ont également porté sur la chirurgie des cardiopathies congénitales néonatales, les nouvelles techniques de chirurgies congénitales, les progrès de la médecine durant l’année 2007 et différents sujets d’actualité médicale. Les experts internationaux, venant de France, Belgique et suisse, ont, lors de cette rencontre, présenté les évolutions enregistrées dans différents domaines et livré à l’assistance les dernières recommandations.  

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *