Un SDF viole deux jeunes collégiennes

Un SDF viole deux jeunes collégiennes

Sanaa vient de sortir du collège. Elle devait rentrer chez elle le plus tôt possible. De coutume, elle ne rentre pas tard, . Car si elle dépasse 18h d’une trentaine de minutes, sa mère s’inquiète au point qu’elle pourrait sortir la chercher aux environs du collège ou au moins appeler ses amies par téléphone pour se rassurer.
C’est ce qui lui est arrivé ce soir du mois de mai 2004. Quand elle a jeté un regard sur sa montre, elle a remarqué qu’il était déjà 18h 50mn. Et Sanaa n’est pas encore arrivée. Où se trouve-t-elle à ce moment ? Pour s’assurer, la mère a téléphoné à quelques amies de Sanaa. Elles lui ont confirmé qu’elle s’est rendue chez elle une fois sortie du collège sans leur adresser la parole La mère a perdu la tête, elle ne sait plus à quel saint se vouer. Les secondes passaient comme des jours et la mère continuait à chercher sa fille comme une folle.
A ce moment, Sanaa se trouvait entre les main d’un SDF. Elle a dépassé le collège de quelques centaines de mètres lorsque ce jeune homme brun l’a croisée. Il l’a dépassée de quelques centimètres pour faire demi-tour et s’adresser a elle, lui demandant le chemin donnant sur le boulevard Al Fida. Elle a fait semblant de ne pas l’entendre et a repris son chemin. Il a suivi ses pas. Sanaa s’est inquiétée. Le jeune a continué à la suivre sans vergogne. Que voulait-il d’elle ? Elle n’en savait rien.
Mais elle était vraiment perturbée. Effectivement, et en un clin d’oeil, son poursuivant l’a saisie par ses vêtements pour la tirer vers lui au point qu’elle a perdu l’ équilibre. Elle a tenté de crier. Mais un couteau qu’il avait sorti de sa veste l’a obligée de se taire. “Tu restes avec moi sans réagir ni résister“, la menace-t-il. Elle a commencé à le supplier, à le prier de la relâcher contre une somme d’argent. Seulement, il ne pensait qu’à ses instincts bestiaux. Il a continué à la conduire d’une ruelle à l’autre jusqu’au moment où ils sont arrivés derrière le lycée Taha Husseïn, pour lui demander de se dévêtir. Elle a refusé. Mais, lla vue du couteau l’a obligée à obtempérer. Sans pitié, il l’a violée. En silence, les larmes coulaient de ses beaux yeux. Quand il a fini, elle pensait qu’il allait la relâcher.
Seulement, il l’a conduite une fois encore jusqu’à une maison vétuste, inhabitée pour la sodomiser de nouveau avant de l’abandonner. Sanaa est retourné chez elle dans un état lamentable. Sa mère a perdu conscience quand elle l’a vue. Il fallait attendre qu’elle reprenneconsciencepour apprendre tout ce qui est arrivé à sa fille.
Cette dernière lui a raconté toute l’histoire.Le lendemain matin, elle l’a accompagnée vers le commissariat de police de Derb Soltan-El Fida.
Lorsque Sanaa leur a dévoilé les signalements de son violeur, les limiers se sont rendu compte qu’ils avaient déjà reçu des plaintes à son encontre. Il avait déjà violé une collégienne au mois de janvier 2004 et il avait attaqué à deux reprises le gérant d’un café en lui subtilisant de l’argent.
Les investigations menées par les limiers de Derb Soltan-El Fida se sont soldées par l’arrestation du jeune SDF, repris de justice, à l’intérieur du stade Al Fida.
Il a été traduit devant la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca, poursuivi pour viol, attentat à la pudeur, coups et blessures à l’arme blanche.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *