Un Sommet pour le dialogue des cultures

Le 9 ème Sommet de la francophonie aura lieu du 18 au 20 octobre à Beyrouth. En préparation de cette rencontre, le Conseil Permanent de la Francophonie (CPF) a tenu une réunion préparatoire dans la capitale libanaise.
Le Maroc, pays membre de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) depuis 1981, participe aux travaux de la 45ème session du CPF, dont les travaux se sont ouverts hier à Beyrouth qui doit préparer le projet d’ordre du jour du 9 ème Sommet de la francophonie. Cette réunion sera suivie de la tenue de la 17ème session de la Conférence Ministérielle de la Francophonie (CMF) qui se tiendra mardi et mercredi dans la capitale libanaise. Le thème principal choisi pour ce 9 ème Sommet est « Dialogue des cultures ». Il constitue, en fait, une plaidoirie pour une approche ouverte des cultures au lieu de la thèse du « choc des civilisations ».
Ce choix est très significatif puisqu’il marque un positionnement de cette organisation par rapport à la conjoncture internationale actuelle en consolidant son rôle de Forum de dialogue entre les différentes cultures. Se réunir à Beyrouth, capitale du Liban, a été aussi perçue, vue la situation internationale, comme un message à la société internationale qui vit encore sous l’effet des événements du 11 septembre. Le choix de Beyrouth signifie aussi que l’Organisation défend la diversité culturelle.
Avant de se transformer en Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), cette association d’Etats francophones avait pour dénomination l’Agence de Coopération Culturelle et Technique avant de se transformer en Agence Intergouvernementale de la Francophonie (AIF). Le Maroc, membre très actif de l’OIF, a toujours eu des relations très développées et diversifiées avec cette organisation. La coopération marocaine est axée sur les domaines de la formation, l’éducation, la culture et la langue, la communication et l’audiovisuel, l’administration et la gestion, la communication et les nouvelles technologies de l’information, le développement durable, l’environnement et l’énergie ; ainsi que la justice. Aussi faut-il mentionner que le Maroc collabore avec l’organisattion à travers le Programme Spécial de Développement (PSD) dans divers projets. Parmi les projets en cours, deux sont exécutés avec l’Entraide Nationale, un autre dans la région d’Ouarzazate, qui consiste en la réalisation d’un projet de système d’alimentation en eau potable et un Programme National de la Réadaptation Communautaire. Dans le domaine de l’éducation et de la jeunesse, le Royaume participe aux conférences sectorielles permanentes de la francophonie, dont la Conférence des ministres de l’Education des pays ayant le français en partage (CONFEMEN), et la Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports (CONFEJES).
Dans le domaine de la coopération universitaire, le Maroc bénéficie des actions entreprises, en faveur de l’université marocaine, par l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF).
Durant l’année 2000-2001, six projets de micro-entreprises ont bénéficié du soutien du Fonds d’Insertion des Jeunes (FIJ) par l’octroi de subventions. Aussi, plusieurs citoyens marocains ont profité des activités de formation dans le cadre du Programme des jeunes experts francophones et la formation à la fonction publique internationale.
Pour bénéficier de toutes les activités de soutien dans le cadre de l’Agence Internationale de la Francophonie (AIF), le Maroc verse une contribution annuelle de l’ordre de 5700 Euros.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *