Un statut pour les artistes

Le projet de loi relatif au statut de l’artiste a été approuvé par le conseil de gouvernement lors de la réunion tenue jeudi sous la présidence du Premier ministre Abderrahmane Youssoufi. Le projet devra être soumis pour adoption à la prochaine réunion du conseil des ministres, avant d’entamer son passage au Parlement au cours de l’actuelle session législative.
Les différentes dispositions du projet de loi permettront aux artistes, selon le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Achaari, d’évoluer dans un cadre aux normes juridiques bien établies de façon à préserver leurs droits de travail et contribuer au développement de la scène artistique.
Il s’agit là d’une aspiration longtemps formulée par les professionnels et contenue notamment dans les deux lettres royales adressées par feu SM Hassan II au 1er colloque sur le théâtre professionnel marocain et au 1er colloque sur l’enseignement de la musique. Depuis, des concertations ont été menées par le ministère de la culture et de la communication avec les différents opérateurs qui ont abouti à l’adoption du projet de statut de l’artiste dans le cadre du contrat de travail et du contrat d’entreprise. Le long de deux années de concertation, a affirmé Mohamed Achaari, les représentants des artistes on élaboré les différentes dispositions du projet de statut, qui découle ainsi d’une sorte d’unanimité. Les artistes et les syndicats les représentant avaient dans ce cadre pris part à une journée d’étude organisée par le ministère de tutelle pour initier la réflexion sur ce texte. Un expert de l’Unesco avait été appelé en renfort ce qui a permis aux artistes marocains de bénéficier d’une étude comparative entre les lois européennes et autres en la matière et les dispositions du texte appelé à régir leur profession. Un rapport élaboré par l’expert de l’Unesco et enrichi des observations des participants a servi de plate-forme pour l’élaboration du projet de loi, selon le ministre.
Au cours de la même réunion, le conseil de gouvernement a suivi un exposé de M. M’hamed Khalifa, ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative sur les résultats des travaux du premier colloque national sur la réforme administrative, tenu les 7 et 8 mai au siège de l’ENA à Rabat. La rencontre tenue sous le thème « l’administration marocaine et les défis de 2010», a associé les représentant des ministères, des établissements publics et des différentes catégories professionnelles et techniques.
La rencontre a défini un programme articulé en sept chapitres et contenant 161 mesures et six mécanismes de suivi pour la mise en oeuvre de la réforme.
Le conseil a également approuvé six accords signés entre le royaume du Maroc et la république arabe de Syrie à l’occasion de la tenue de la première session de la haute commission mixte maroco-syrienne, les 22 et 23 octobre 2001.
Ces accords portent sur la coopération dans les domaines de l’emploi, du travail, du développement social, de la protection de l’environnement, des échanges cinématographiques, de la reconnaissance mutuelle des permis de conduire, de la promotion et la protection des investissements, de l’aménagement du territoire national et de l’urbanisme.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *