Un témoin qui sauve la mise

A cause de Salah, 29 ans, comptable de son état, ses deux amis Hassan et Abdellatif s’étaient retrouvés dans de beaux draps à partir d’un soir de l’automne dernier. Mais toute la lumière a été faite dernièrement dans la salle d’audience de la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Rabat, grâce la défense des accusés étayée par les témoignages d’un gardien de nuit. En fait, à la veille de leur arrestation, coïncidant avec un week-end, ils étaient chez Hassan en train de converser en bonne intelligence jusqu’à tard dans la nuit dans un appartement situé au quartier Takaddoum. À cet instant précis, Imane, 21ans, connaissant l’endroit de leurs rencontres habituelles, frappe à la porte en demandant d’avoir Salah qui l’avait rencontrée une semaine auparavant dans une station de taxis à Témara. Elle voulait y passer la nuit avant de regagner son domicile au petit matin. L’ayant constaté dans un état d’ébriété très avancé, son petit ami de courte date la repousse dehors pour éviter qu’un incident à mauvaises conséquences ne se produise à leur détriment. Après avoir cuvé son vin chez un autre type de ses anciennes connaissances, elle se dirige droit au poste de police dans l’intention de porter plainte contre les trois prévenus pour viol collectif perpétré, selon ses propres dires, dans les toilettes du domicile précité à 11 heures du soir. Ainsi, dans le prétoire de la Chambre criminelle, la plaignante sera confondue par les déclarations contradictoires consignées dans trois rapports différents établis à trois reprises. C’est à ce moment-là qu’intervient le gardien de nuit du parking de l’immeuble en question qui a décliné ses déclarations avec une justesse infaillible. Celui-ci, dénommé Tahar, âgé de 60 ans, reprend comme de coutume son service à 20 heures du soir. Il a vu Imane descendre d’un petit taxi, titubant à gauche et à droite à 3 heures du matin. En s’approchant de l’immeuble complètement ivre, elle lui a demandé une cigarette avant de monter les escaliers pour appeler Salah. Quelques minutes plus tard, il remarque ce dernier en train de l’éconduire hors du bâtiment d’une manière indélicate pour avoir osé débarquer à une heure pareille tout en lui reprochant son état d’ivresse. Finalement, soutient le gardien, Salah a rejoint ses amis et Imane a dû traîner ses pas vers une direction tout autre. Après délibérations des magistrats, les trois détenus ont été innocentés . Quant à Imane, elle a écopé de 6 mois avec sursis pour fausses déclarations.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *