Un village de pêche pour Aousserd

Mercredi 5 janvier, une convention relative au financement et à l’exécution du programme d’urgence de mise à niveau du site de pêche de Lamhiriz (province d’Aousserd) a été signée au siège de l’Agence du Sud à Rabat. Cette convention, qui a été paraphée par Hamoudi Bouhannana, gouverneur de la province d’Aousserd, Ahmed Hajji, directeur général de l’Agence du Sud et Majid Kaissar El Ghaib, directeur général de l’Office national des pêches (ONP), s’inscrit dans le cadre de la stratégie adoptée par les pouvoirs publics en matière de mise à niveau de la pêche artisanale dans les provinces du Sud du Royaume.
Cofinancée par le ministère de l’Intérieur (direction générale des Collectivités locales), l’ONP et l’Agence du Sud, cette stratégie va permettre de réaliser un certain nombre d’infrastructures nécessaires à une vie décente et à une activité de pêche conforme aux normes de qualité requises. L’Agence du Sud étant le maître d’ouvrage du programme des villages de pêche.
Le site de Lamhiriz, qui se situe à environ 286 km au sud de Dakhla, est connu pour la qualité et l’abondance de ses ressources halieutiques, notamment le poisson blanc et les crustacés. Il y a lieu de noter que ce site constitue un bi-pôle avec la Commune de Bir-Gandouz. Un bi-pôle qui connaîtra un fort développement dans les prochaines années du fait de la proximité de la frontière mauritanienne (marché de l’Afrique subsaharienne) et des aménagements programmés par l’Agence du Sud et les pouvoirs publics. Il est à rappeler que le programme des villages de pêche, qui a fait l’objet d’une approbation à l’occasion de la tenue, en octobre, du Conseil d’administration de l’Agence du Sud, porte sur l’aménagement de sept sites de pêche situés sur le littoral des provinces du Sud du Royaume.
Il concerne une enveloppe globale de 915 millions de dirhams répartis sur les volets relatifs aux aménagements portuaires, à l’équipement in site et hors site des zones d’habitat et d’activités ainsi que sur la réalisation d’équipements socio-collectifs (écoles, mosquées, centre de santé, etc.) et de noyaux commerciaux nécessaires à l’activité de pêche.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *