Un voyage fondateur

La tournée africaine de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, qui s’est achevée mardi, marquera certainement le début d’une nouvelle étape dans les relations du Maroc avec le continent.
Au Bénin, au Cameroun, au Gabon, au Niger et au Sénégal, la visite du Souverain a revêtu trois aspects essentiellement importants dans la dimension africaine du Royaume. Religion, économie et politique sont les trois axes fondamentaux qui ont dominé les relations maroco-africaines depuis des siècles. La visite royale a donc établi un pont entre le passé, le présent et le futur et a ravivé les liens séculaires existant entre le Royaume et l’Afrique subsaharienne. Ainsi, dans le domaine des relations spirituelles et religieuses, la tournée africaine de SM le Roi Amir Al Mouminine a donné une nouvelle impulsion aux relations spirituelles et culturelles entre les pays concernés et le Royaume.
Du Bénin, première étape du périple royal, où SM le Roi Mohammed VI a reçu une délégation de l’Union islamique de ce pays ; au Sénégal où le Souverain a accordé des audiences aux chefs religieux et aux membres des confréries de ce pays, en passant par le Cameroun, le Gabon et le Niger où SM le Roi a effectué la prière du vendredi dans la grande mosquée de la capitale Niamey.
S’agissant de la dimension économique de la tournée royale, il y a lieu de signaler qu’à l’occasion de chaque étape du périple royal, des accords de coopération économique ont été signés entre le gouvernement marocain et ses homologues africains, ce qui a permis l’ouverture de plusieurs chantiers de développement des échanges commerciaux entre le Royaume et ces pays. Au Sénégal, l’un des pays avec lesquels le Maroc a pu développer des relations exemplaires, des projets très ambitieux ont pu voir le jour à l’occasion de la visite royale. Ainsi, les deux gouvernements ont signé des conventions pour l’établissement d’une ligne maritime régulière entre Casablanca et Dakar et la création d’une banque maroco-sénégalaise. Ce qui est de nature à faciliter les échanges commerciaux entre les deux pays. Ainsi, SM le Roi a donné encore une fois la preuve que le développement économique de l’Afrique est d’abord une affaire africaine et que les pays du continent doivent prendre leur avenir en main. Le Souverain avait d’ailleurs tracé les grandes lignes de cette vision dans le discours qu’il avait prononcé devant le premier sommet qui avait réuni les chefs d’Etat africains et européens au Caire, il y a quatre ans.
A cette occasion, SM le Roi avait annoncé la décision du Maroc de supprimer la dette des pays africains les moins avancés à l’égard du Royaume et d’ouvrir le marché marocain devant les marchandises en provenance de ces pays. Ainsi, le Souverain a donné, lors de sa tournée africaine, le coup d’envoi de plusieurs projets de développement économique et social. L’ensemble de ces projets et les conventions signés, à cette occasion, permettront au Maroc de renforcer les liens qui l’unissent aux pays de la région, et consolident sa vocation de pays avant-gardiste en matière de développement du continent via une meilleure solidarité Sud-Sud. Aussi, le Souverain a réaffirmé son soutien au programme du NEPAD, initiative de développement intégré pour la relance économique de l’Afrique.
Concernant le volet politique, les entretiens qu’a eus le Souverain avec les chefs de pays africains (Bénin, Cameroun, Gabon, Niger, et Sénégal) ont passé en revue les questions bilatérales, régionales et internationales d’intérêt commun. À cette occasion, les chefs d’Etat africains ont insisté sur la nécessité du retour du Royaume au sein de l’Union africaine dont il s’est retiré, il y a deux décennies. Un retrait qui n’a pas empêché le Maroc de continuer à défendre les intérêts de l’Afrique au niveau international et de jouer un rôle très important dans la préservation de la paix sur le continent, dont le règlement de la crise qui menaçait la stabilité de l’ensemble des Etats de la région du fleuve Mano.
La tournée africaine du Souverain a donc permis au Maroc de se repositionner en Afrique et de consolider sa position spirituelle, économique et politique sur la scène africaine.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *