Un Wali, des jeunes et des perspectives

Un Wali, des jeunes et des perspectives

Expressive, la rencontre organisée par la Wilaya du Grand Casablanca atteste d’une nouvelle approche. Une action qui vise essentiellement l’écoute et la compréhension des jeunes, de leurs soucis, leurs difficultés quotidiennes, leurs aspirations et leurs attentes. «Notre initiative s’inscrit dans le cadre d’une vision pour la jeunesse et les jeunes. Elle reflète notre volonté d’aider ces jeunes pour ainsi contribuer au développement du pays », avait déclaré M’hamed Dryef, Wali du Grand Casablanca, en guise d’introduction lors de cette rencontre. Conscient du fait que la jeunesse constitue l’épine dorsale de tout développement, Dryef avait mis en exergue le rôle joué par la Wilaya dans l’assistance des associations. « Casablanca est votre ville et cette Wilaya est la vôtre, nous sommes ensemble aujourd’hui et ce ne sera pas la dernière fois (…) Nous apporterons notre contribution dans tout ce qui vous concerne, nous avons un riche programme en perspective et nous le réaliserons main dans la main», avait souligné le Wali, faisant allusion à une série de projets qui versent tous dans le sens des ambitions des jeunes. Une assistance aux associations qui va de la simple contribution dans la propreté de la ville jusqu’à la construction de stades et autres espaces dédiés aux jeunes. Prenant la parole tour à tour, les responsables des associations ont étalé les problèmes et les difficultés auxquels ils sont journellement confrontés. Ils ont également passé en revue l’ensemble de leurs activités et le bilan de leur période d’existence. À l’unanimité, les associations font face à un sérieux problème de local, devant héberger leurs communautés et servant de cadre de travail et d’organisation, à l’image de l’association basée à Aïn Sebaâ, Adeca, qui ne dispose que d’un local de… 8m2, qui, en plus, est sans eau ni électricité. En dépit de ce cruel défaut de moyens, ces jeunes font d’énormes choses si l’on se réfère à leurs maigres moyens de bord. Ils mobilisent tous leurs efforts pour donner le meilleur d’eux-mêmes, et ils y arrivent miraculeusement. Par ailleurs, les responsables des associations en question débordent d’espoir et d’ambitions. Parallèlement aux activités culturelles qu’ils organisent, ce jeune tissu associatif s’engage dans la formation de cadres, d’animateurs, de médiateurs et d’encadrants afin de mener sereinement leur mission à bon port. Les activités sportives et ludiques, mais aussi l’éducation civique et autres projets constituent le champ de bataille de ces jeunes. « Notre ambition est également de changer le statut du jeune, lui faire franchir le stade du simple consommateur, pour finalement en faire un élément producteur », avait souligné un responsable de l’association Initiative Urbaine, basée à Hay Mohammedi. Etaient également présents le footballeur Redouane Allali (Biladi) et le tennisman Karim Alami. Ce dernier avait mis l’accent sur l’importance cruciale de développer les infrastructures sportives et de les mettre à la disposition des jeunes afin d’enjamber le problème posé par l’inaccessibilité à moult disciplines. Des centres dont les activités contribueront à barrer la route à toute dérive ou déviation périlleuse.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *