Une 2ème prison en projet à Laâyoune pour 195 MDH

Une 2ème prison en projet  à Laâyoune pour 195 MDH

La DGAPR continue de renforcer la capacité d’accueil des établissements pénitentiaires

195 millions de dirhams est le montant qui sera alloué au nouveau projet de construction d’une deuxième prison locale à Laâyoune, et qui viendra renforcer la capacité d’accueil des centres de détention et garantir une infrastructure conforme aux normes d’accueil des détenus.

Dans ce sens, la société Soketradoz a remporté le 13 septembre l’appel d’offres lancé par Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) portant sur les travaux de construction de la prison locale de Laâyoune II. Ce projet s’inscrit dans le cadre du plan d’action de la DGAPR qui veille à renforcer la capacité d’accueil des établissements pénitentiaires, à mettre en place une infrastructure qui tient compte des critères nécessaires à l’hébergement et qui permet une répartition appropriée des détenus. En effet, un rapport de la DGAPR souligne qu’en 2018,  il a été procédé à l’ouverture d’un établissement pénitentiaire de la nouvelle génération à Nador pourvu de tous les services nécessaires aux soins et à la réhabilitation des détenus, pour remplacer la prison locale de Nador, celle-ci étant devenue délabrée.

Elle a également fermé la prison locale de Khemisset, poursuivi la construction d’établissements pénitentiaires d’une capacité totale de 6.000 lits à Oujda, Berkane, Asilah, Larache et Tan-Tan, ensuite lancé les travaux de construction de la nouvelle prison locale El Jadida 2 d’une capacité d’accueil estimée à 1.400 lits.  Tous ces travaux s’effectuent en parallèle avec l’achèvement des travaux de réparation et de restauration de 14 établissements pénitentiaires, en l’occurrence la prison centrale de Kénitra, les centres de réforme et d’éducation de Ali Moumen et Ben Slimane, les prisons agricoles de Rommani et Taroudant, les prisons locales de Ben Ahmed, Bouaarfa, Berrechid, Ouarzazate, Errachidia, Midelt, Tiflet1, Ben Slimane et Souk El-Arbaa. A ceci s’ajoute la poursuite des travaux de mise à niveau des établissements pénitentiaires de Taza, Aït Melloul, Toulal, Safi, Khénifra, Taounate, Fquih Ben Saleh, Oued Zem, Outita 2, Azilal, Zaio, El Jadida, Tiznit et Tanger 1.

«En matière d’hébergement, la superficie globale sera augmentée grâce aux projets de construction d’établissements pénitentiaires, dont certains ont atteint un stade avancé, ce qui permettra au cours des deux prochaines années de dépasser la superficie de 3m² pour chaque détenu, réduisant de la sorte, et de manière notable, la surpopulation carcérale malgré le nombre croissant des détenus, phénomène que la DGAPR tient à suivre de plus près par l’augmentation de la capacité d’accueil des établissements pénitentiaires, en l’absence de solutions effectives de mesures d’application de peines alternatives aux peines privatives de liberté, et à défaut de rationalisation du recours à la détention provisoire», souligne la même source.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *