Une association tire la sonnette d’alarme: 2.400 Marocains souffrent de LMC

Une association tire la sonnette d’alarme: 2.400 Marocains souffrent de LMC

Parmi eux, 1.680 peuvent avoir accès aux soins, 638 sont diagnostiqués et seulement 606 ont accès à un traitement adéquat.
Autant de raisons pour l’Association des malades atteints de leucémie (AMAL) pour tirer la sonnette d’alarme.

Cette maladie du sang, qui se caractérise par une augmentation importante et anormale du nombre de globules blancs, est encore méconnue et peu prise en charge au Maroc. «Malgré l’existence de traitements efficaces contre la LMC, les patients marocains atteints de cette maladie souffrent de plusieurs freins à une prise en charge correcte de leur maladie», explique un document détaillant la situation de ces malades présenté hier mercredi par l’association.
L’un des problèmes majeurs que rencontrent les personnes souffrant de LMC est lié au coût du traitement.

Celui-ci atteint 3.500 dirhams mensuels pour des médicaments génériques et 27.000 DH pour des médicaments princeps ou de marque. A ces frais s’ajoutent les cures chimio-thérapeutiques dont le coût peut atteindre 50.000 dirhams mensuels. «Ni le Régime d’assurance médicale (RAMED), ni les organismes d’assurance maladie ni les assurances complémentaires ne prennent en charge la totalité des frais engendrés par cette maladie», précise l’association AMAL.

De plus, certains médicaments qui circulent dans le marché national sont inefficaces, voire nocifs selon l’association. Celle-ci appelle les pouvoirs publics à exercer un contrôle plus efficace sur ce type de médicaments. Aux obstacles liés au traitement s’ajoute également la pénurie de centres d’hématologie.

Ces centres sont concentrés dans les grandes villes, laissant les malades vivant dans des endroits reculés souvent incapables de suivre leur traitement. Enfin, l’association AMAL déplore l’absence d’un registre national qui permettrait de recenser le nombre de cas de LMC au niveau national, mais aussi celle d’une stratégie nationale qui s’insèrerait dans un programme national de lutte contre le cancer.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *