Une brigade contre les chauffards

Une brigade contre les chauffards

L’arsenal de sécurité routière se voit renforcer avec la création des premières brigades mobiles de la circulation. En effet, les éléments des premières promotions des groupes mobiles de circulation (GRC) arrivent sur le terrain. Une cérémonie a été organisée, lundi dernier, à l’Institut Royal de Police de Kénitra pour présenter ces nouveaux hommes de la sécurité routière. Formés dans l’objectif de répondre aux besoins des citoyens en matière de sécurité et de contribuer à limiter le nombre d’accidents de la circulation qui ont atteint des seuils alarmants, ils exerceront prochainement leurs missions dans les zones considérées comme des points noirs, le nombre d’accidents étant très élevé.
Ils sont dix équipes et devront très prochainement opérer dans sept villes à savoir Casablanca (3équipes),  Rabat (2 équipes), Marrakech,Tanger,Tétouan, Fès et Agadir. Le nombre de ces brigades de circulation devrait être porté à seize pour pouvoir couvrir d’autres villes tels que Meknès et  Oujda. Les GRC sont composés de 24 éléments chacun, dont un chef de groupe et un adjoint. Pour qu’ils puissent accomplir leurs missions dans les meilleures conditions et d’une manière efficiente, ils seront équipés en moyens de communication et de systèmes de radars modernes.  En effet, chaque équipe sera scindée en quatre patrouilles (12 motards, 4 voitures légères et 2 voitures-radar). «La création de ces groupes, dotés de moyens et techniques modernes, constituera, sans nul doute, un important tournant dans le domaine de la prévention des accidents de la circulation», a indiqué Abdelaziz Samel, directeur des ressources humaines de la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN).
La principale mission de ces éléments de ces premières promotions, qui ont suivi une formation solide portant notamment sur les techniques d’organisation de la circulation et d’intervention en cas d’accident, en plus d’un entraînement au tir et à l’autodéfense, est de veiller au respect du code de la route. Des sanctions seront prises à l’encontre des contrevenants et les conducteurs irresponsables. Par ailleurs, la formation de ces hommes de la sécurité routière s’inscrit dans le cadre de la stratégie de prévention contre les accidents de la circulation initiée par la DGSN. La sécurité routière est effectivement un grand problème de société. Chaque année, des milliers de citoyens meurent dans les routes. Plus de 37 mille d’accidents de circulation ont été enregistrés en 2004. Selon les statistiques de la DGSN, ces accidents ont fait 48.190 victimes en 2004, entre morts et blessés. contre 50.079 en 2003, soit une baisse de 3,77 %. Le nombre des personnes tuées est passé de 916 à 876 (baisse  de 4,37 %), tandis que le nombre des blessés a chuté de  49.163 (dont 2.916 grièvement) à 47.314.
Bien que le nombre d’accidents a baissé cette année, il reste néanmoins très élevé par rapport à d’autres pays. Ce phénomène coûte cher à l’Etat. Chaque année, les pertes dépassent les 11 milliards de dirhams, soit 2,5 % du Produit intérieur brut. Les défis sont donc énormes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *