Une carte dans le pipe pour les personnes en situation de handicap

Une carte dans le pipe pour les personnes en situation de handicap

Suite au lancement d’un nouveau mécanisme national d’évaluation de l’invalidité

Le nouveau mécanisme national d’évaluation permettra de définir avec exactitude les besoins de la population cible.

Une nouvelle carte spéciale pour les personnes en situation de handicap est annoncée. Elle doit permettre à cette cible de bénéficier d’un panier de services publics. Il faut dire que les derniers chiffres nationaux montrent qu’une famille sur quatre est concernée par la situation. En effet, l’enquête nationale montre que la prévalence du handicap atteint 6,8% de la population générale du pays. Par tranche d’âge, le niveau de prévalence chez la population de plus de 60 ans est de 33,7% alors qu’elle est de 4,8% chez les 15-59 ans. Les autorités préparent désormais un nouveau plan de soutien et d’encouragement en faveur des personnes en situation de handicap.

Un plan qui prévoit notamment des aides financières directes pour certaines catégories. Dans ce sens, le nouveau mécanisme national d’évaluation permettra de définir avec exactitude les besoins de la population cible. Il y a quelques semaines, le ministère de tutelle a dévoilé en Conseil de gouvernement les résultats d’une étude sur le ciblage des catégories concernées. Mais il y a un bémol. Les responsables gardent pour le moment le silence concernant la complémentarité entre ce dispositif et le Registre social unifié (RSU) qui doit permettre lui aussi de cibler les catégories les plus vulnérables pour faciliter le système national d’aides financières directes. Y a-t-il risque de chevauchement entre les deux? En tout cas, le ministère de l’intérieur continue de son côté de mettre en œuvre les étapes en rapport avec le RSU alors que les responsables au ministère de la famille continuent de mettre en place le dispositif ciblant les personnes en situation de handicap.

C’est le cas notamment pour le nouveau système d’évaluation du handicap. Le but est de permettre un ciblage efficace des personnes en situation de handicap et leur permettre d’accéder aux différents droits prévus par la législation nationale. «Le projet visant à établir le nouveau système d’évaluation du handicap est un pilier fondamental pour le développement de ces programmes, car il permettra d’acquérir les outils scientifiques nécessaires pour comprendre et analyser la situation multidimensionnelle du handicap, subvenir aux besoins réels de cette catégorie et améliorer le processus de ciblage des personnes en situation de handicap afin de rationaliser la prestation sociale de divers services», avait estimé il y a quelques jours Jamila El Moussali, ministre de la solidarité, du développement social, de l’égalité et de la famille. Reste à connaître le calendrier exact pour le lancement de la nouvelle carte pour les personnes en situation de handicap.

Côté gouvernement, c’est le silence radio pour le moment. Les responsables se contentent de préciser que le projet suit son cours normal et que les étapes prévues pour le lancement effectif du système des aides se déroulent normalement. Sur le plan réglementaire, la tutelle affirme s’appuyer sur les dispositions de la loi-cadre 97-13 relative à la protection et à la promotion des droits des personnes en situation de handicap.

Ministère de la santé

Le ministre de la santé, Khalid Ait Taleb, a affirmé que la mise en place du plan d’action national sur la santé et le handicap vise à assurer l’accès des personnes en situation de handicap à des services de santé préventifs, de proximité et de qualité et d’améliorer la prise en charge des patients en situation de handicap.

Le ministre qui s’exprimait lors d’une conférence de deux jours axée sur les expériences internationales dans le domaine de l’évaluation du handicap, a également indiqué que son département s’est engagé à créer et à réhabiliter les infrastructures de prise en charge des personnes en situation de handicap, notant à cet égard que le Maroc dispose actuellement de 20 centres régionaux de rééducation et de pose de prothèses, ainsi que 936 cadres spécialisés en médecine physique et de réadaptation, en orthophonie et en psychologie.

Il a également souligné la nécessité de définir des mécanismes d’évaluation et de diagnostic du handicap, au moment où le Maroc s’apprête à lancer le RSU qui permettra aux classes vulnérables de bénéficier des programmes sociaux et des services de santé, soulignant que le présent séminaire contribuera à formuler des recommandations dans le domaine de l’évaluation du handicap.

Loi-cadre

La loi-cadre nº 97-13 relative à la protection et à la promotion des droits des personnes en situation de handicap, telle qu’adoptée par la Chambre des représentants et la Chambre des conseillers, est entrée en vigueur en 2016. Il faut rappeler que l’examen de cette loi au Parlement s’est accompagné d’une mobilisation de la part de certaines organisations contre les dispositions du texte. Ceci avait poussé l’institution parlementaire à solliciter l’avis du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) ainsi que le Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Le CNDH avait notamment proposé d’introduire une disposition qui consacre le principe de délivrance de la carte spéciale au niveau territorial (régional ou provincial). «Cette recommandation qui s’inscrit dans une logique de proximité s’inspire également des recommandations adressées par le Comité des droits des personnes handicapées au Mexique qui insiste d’une manière générale sur le rôle des «Etats fédérés» dans la mise en œuvre de la Convention. Cette recommandation est transposable, indépendamment de la forme fédérale du Mexique, dans le contexte de la régionalisation avancée au Maroc», avait alors expliqué le Conseil.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *