Une coopération sous le signe du dialogue transatlantique

Le président de la Chambre des représentants, Abdelouahed Radi, s’est entretenu, lundi à Rabat, avec une délégation parlementaire canadienne en visite au Maroc, conduite par le président de la Commission des Affaires étrangères et du Commerce international, Bernard Patry. M. Radi a salué, lors de cette rencontre qui s’est déroulée en présence de l’ambassadeur du Maroc au Canada et des représentants de tous les groupes parlementaires, l’importance des liens de coopération que le Maroc et le Canada ont développé depuis près d’un demi siècle, saisissant cette occasion pour appeler à dynamiser ces liens au niveau parlementaire. Il a en outre souligné l’attachement du Maroc au dialogue, à l’Etat de droit et aux valeurs universelles des droits de l’Homme. « Le Maroc est un régime démocratique et il est attaché à l’Etat de droit dans le cadre du respect des droits de l’Homme. Il est très respectueux du droit international et croit à la solution des problèmes par le dialogue et les moyens pacifiques », a-t-il affirmé.
Evoquant les problèmes socio-économiques du royaume, le président de la Chambre des représentants a relevé que « la proximité avec l’Europe crée chez la population des aspirations et des besoins que le pays est dans l’obligation de satisfaire », mettant l’accent toutefois sur les atouts et les importantes possibilités qu’offre le Maroc dans les secteurs de la pêche, du tourisme, de l’artisanat et de l’industrie. « Le Maroc a besoin d’investissements et de transfert de technologies, accompagné de moyens financiers », a plaidé M. Radi, soulignant que l’effort du pays est concentré actuellement sur la réforme de tous les secteurs en vue de drainer les investissements.
De son côté, Bernard Patry, qui préside une délégation comprenant une vingtaine de parlementaires canadiens dont six sénateurs, s’est félicité de la qualité des liens bilatéraux, formulant le souhait de voir se développer cette coopération, particulièrement dans le domaine parlementaire. Il a fait remarquer que cette délégation, dont la visite est placée sous le thème « dialogue transatlantique », compte, contrairement à toutes celles qui l’ont précédées, aller à la rencontre de la population en vue de « découvrir ses préoccupations ».
La délégation a ainsi prévu des rencontres avec des représentants de la société civile à Rabat, à Laâyoune, à Agadir et à Casablanca, dont l’Association Amitié Québec/Maroc, initiatrice de cette visite en partenariat avec le Parlement marocain, le centre d’études canadiennes et le Cercle d’affaires maroco-canadien Mohamed Azreq, enseignant à Al Quaraouine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *